MONDE

Enquête ouverte en Norvège après le décès de 13 patients vaccinés du Covid-19

Enquête ouverte en Norvège après le décès de 13 patients vaccinés du Covid-19

Illustration AFP

Les décès en Norvège de 13 octogénaires à la santé fragile et ayant fait une réaction au vaccin Pfizer/BioNTech relance le débat sur l’absolue nécessité de faire vacciner les publics les plus fragiles.

D’après plusieurs médias norvégiens, treize personnes âgées de 80 ans et plus sont décédées la semaine dernière après avoir reçu la première dose du vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19.

Ces treize victimes appartiennent toutes à la tranche des 80-89 ans et auraient réagi au vaccin. En tout, les services norvégiens de Santé publique ont dénombré des réactions auprès de 29 patients, dont 14 de la tranche concernées par les 13 décès.

Si l’Institut norvégien de Santé publique se refuse pour le moment à établir un lien de causalité directe entre le vaccin et ces treize décès, une enquête a toutefois été ouverte afin de faire toute la lumière.

Un public «très fragile»

Selon les premières analyses, les effets secondaires tels que la fièvre, la diarrhée ou une réaction allergique - inoffensifs chez la plupart des personnes vaccinées - auraient pu causer la mort de ces patients jugés particulièrement fragiles.

«Les rapports pourraient indiquer que les effets secondaires courants des vaccins à ARNm, tels que la fièvre et les nausées, ont pu entraîner la mort de certains patients fragiles», a ainsi souligné Sigurd Hortemo, médecin en chef de l’Agence norvégienne du médicament interrogé par le média norvégien Norway Today et repris par LCI.

«Les informations que nous avons sont que ces personnes étaient extrêmement faibles, avaient de multiples comorbidités, a de son côté noté Alain Fischer, chargé de la stratégie de vaccination pour la France et attentifs à ce qui se passe du côté d’Oslö. Certaines étaient d’ailleurs en soins palliatifs

«Garder son calme»

Sur le site de la DH, Yves Van Laethem va dans le même sens: «Si on lit entre les lignes, on comprend que des effets secondaires sont survenus chez ces personnes âgées et très fébriles. (...) Je pense qu’il faut garder son calme, puisqu’il s’agirait là de personnes très fragiles dont le mauvais état de santé était déjà très avancé. »

Pour rappel, deux personnes sont décédées en Belgique après avoir reçu la première dose du vaccin et une enquête a été diligentée sur l’un de ces deux patients par l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS).



Coronavirus : le bilan en Belgique