MONS

40 animaux de ferme dans un état catastrophique saisis à Jemappes

6 moutons, 2 boucs et une trentaine d’animaux de basse-cour détenus sur un terrain insalubre à Jemappes ont été saisis par Animaux en Péril vendredi dernier. Les animaux étaient en danger de mort, selon l’association.

La semaine dernière, l’ASBL Animaux en Péril a été contactée par un riverain pour dénoncer une situation qui lui semblait «apocalyptique» à Jemappes. Des moutons, des boucs, des oies et des poules souffraient d’un manque cruel de nourriture et semblaient livrés à eux-mêmes dans ce qui semble être un campement de fortune. Le particulier avait déclaré avoir aussi vu des cadavres d’animaux.

Une déléguée d’Animaux en Péril s’est alors rendue sur place pour constater les faits. Elle prend ensuite contact avec la police et l’échevine du bien-être animal de la ville de Mons. Un agent de police se rend rapidement sur les lieux et se retrouve face à un cheptel en mauvais état, sur un terrain très boueux et jonché de détritus. Pour compléter le tableau, deux têtes d’animaux (un bélier et un bouc) sont accrochées à une barrière de chantier…

Pour l’agent, les survivants doivent être rapidement retirés à leur propriétaire et, sur base du rapport de ce dernier, le service environnement de la Ville de Mons contacte le bourgmestre qui donne ordre de saisir l’ensemble des animaux.

Ceux-ci sont évacués vendredi après-midi par des soigneurs professionnels d’Animaux en Péril, accompagnés de volontaires des refuges Le Rêve d’Aby et Help Animals, escortés par la police.

Quarante animaux dans une décharge

«Sur place, les équipes découvrent un environnement chaotique et extrêmement sale. Des animaux pataugent dans la crasse, la boue et les détritus. Les lieux peuvent être assimilés à une décharge à ciel ouvert», décrit Sophie Locatelli, vice-présidente d’Animaux en péril.

Sur le terrain où sont plantées une caravane et deux tentes en piteux état, «une trentaine de poules, coqs, 2 oies, 6 moutons et 2 boucs y déambulent à la recherche désespérée de nourriture.» L’occupant des lieux n’étant pas sur place, la capture et l’embarquement des animaux se passent sans encombre.

Durant la prise en charge, les soigneurs retrouvent une poule recroquevillée sur elle-même, dont l’abdomen est complètement ouvert et qui ne survivra pas. L’une des brebis présentait du sang à la base des yeux; aveugle, son chargement a nécessité une vigilance extrême.

Animaux sales, sous-alimentés et parasités

Les rescapés ont d’abord été emmenés au refuge d’Animaux en Péril à Meslin-l’Evêque pour ensuite être répartis au sein des refuges du Rêve d’Aby, d’Equichance, d’Help Animals et d’Animal sans Toi.t.

40 animaux de ferme dans un état catastrophique saisis à Jemappes
Animaux sans péril

«Les rapports vétérinaires sont accablants. Tous les animaux saisis sont maigres, certains souffrent de cachexie (fonte des muscles). Les poules sont très souillées et certaines sont en hypothermie. Ces dernières doivent être placées sous lampes chauffantes afin d’être stabilisées», s’insurge Sophie Locatelli.

Quant aux moutons, «ils sont infestés de parasites internes et leur laine, également parasitée, n’est pas saine. La toison est aussi attaquée par la gale. Enfin, la brebis aveugle nécessitera beaucoup d’attention.»

Poursuites judiciaires

La police a dressé un procès-verbal pour infraction au Code wallon du Bien-être animal. Le propriétaire pourra être poursuivi au pénal ou administrativement.

Si le Parquet décide poursuivre, il pourra renvoyer l’individu devant le tribunal correctionnel, où il risque une peine de prison et une amende pouvant s’élever à 1 million d’euros. Si le Parquet ne poursuit pas, le fonctionnaire sanctionnateur pourra infliger une amende pouvant aller jusqu’à 100 000 euros, mais également un retrait de permis de détention d’animaux.

En ce qui concerne la destination finale des rescapés, la décision revient au bourgmestre de Mons. Celui-ci a deux mois pour décider s’ils seront confiés définitivement aux refuges ou s’ils seront restitués au propriétaire. Un deuxième choix qui paraît «peu probable» du côté des associations du bien-être animal.

40 animaux de ferme dans un état catastrophique saisis à Jemappes
Animaux sans péril


Nos dernières videos