POLITIQUE

Le monde politique s’offusque des déclarations du patron de Belfius: «C’est affligeant»

Le monde politique s’offusque des déclarations du patron de Belfius: «C’est affligeant»

Le CE de Belfius Marc Raisiere a tenu des propos jugés fort maladroits par plusieurs représentants de la classe politique. BELGA

Le vice-Premier ministre PS, Pierre-Yves Dermagne, a regretté lundi les propos tenus par Marc Raisiere dans la presse à propos de la viabilité financière des établissements du secteur Horeca. Plus tôt dans la matinée, Denis Ducarme (MR) avait adressé un «zéro pointé» au patron de Belfius.

«Un patron ne devrait pas dire cela, a fortiori un patron de grande banque publique. Derrière les chiffres et les pourcentages, il y a des emplois, des familles et des vies qui méritent le respect et du soutien, d’autant plus en cette période très difficile pour l’horeca», a déclaré M. Dermagne à l’Agence Belga.

Le monde politique s’offusque des déclarations du patron de Belfius: «C’est affligeant»
Pierre-Yves Dermagne BELGA
Interrogé dans l’hebdomadaire Trends-Tendances, M. Raisière - dont le mandat à la tête du bancassureur a été prolongé la semaine dernière pour quatre ans - affirmait notamment «Bien sûr qu’il y aura des faillites».

«Mais n’avions-nous pas trop de cafés et de restaurants en Belgique? Etaient-ils tous rentables? Etaient-ils tous viables, sans avoir recours au noir? J’ai bien conscience de parler très crûment mais les économies ont de temps à autre besoin d’une vague d’assainissement», ajoutait-il.

«Zéro pointé»

Le député Denis Ducarme (MR) s’est également insurgé contre les propos tenus par Marc Raisière.

Le monde politique s’offusque des déclarations du patron de Belfius: «C’est affligeant»
Denis Ducarme BELGA
«C’est affligeant, quand on sait que c’est le contribuable qui a sauvé Belfius (anciennement Dexia) et qu’il paie encore», a affirmé l’ancien ministre des Indépendants à l’agence Belga. Il a ajouté qu’il interpellerait le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V) sur ces propos, tenus dans une interview publiée par le magazine ‘Trends-Tendances’.

M. Ducarme compte demander au ministre des Finances s’il ne serait pas utile de procéder «au moins à un recadrage» du patron de Belfius, voire d’exiger de sa part «des excuses publiques».

«Zéro empathie, cela vaut un zéro pointé», a-t-il ajouté en posant la question du bien-fondé de l’octroi d’un nouveau mandat de quatre ans à M. Raisière.

Le PTB veut une audition

Le PTB a réclamé lundi l’audition du CEO de Belfius, Marc Raisière, en commission des Finances de la Chambre.

Le monde politique s’offusque des déclarations du patron de Belfius: «C’est affligeant»
Marco Van Hees BELGA
«Il ne s’agit pas simplement de déclarations choquantes. Ces propos viennent d’un acteur majeur du monde financier, dont la fonction est déterminante pour éviter ou non la faillite de nombreux établissements», a souligné le député Marco Van Hees (PTB). «Il s’agit du dirigeant d’une banque dont 100% du capital est aux mains de l’État et qui devrait donc jouer un rôle majeur pour assurer la survie de nos PME. Est-ce également la vision du gouvernement d’utiliser la pandémie pour ‘assainir’ certains secteurs via une vague de faillites? «

Le député communiste souligne que, selon le dernier rapport de la Banque nationale, le moratoire sur les prêts bancaires «fonctionne mal».

«À peine 4% des crédits des indépendants et 9% des crédits des petites entreprises en bénéficient. En outre, ses conditions d’application sont laissées aux banques. Celles-ci peuvent le refuser aux établissements qu’elles jugeraient non viables. Des critères interpellants à la lumière des déclarations du CEO de Belfius», a-t-il ajouté.

Le PTB souhaite donc entendre le patron de Belfius pour faire la lumière sur ses déclaration et sur la politique menée par la banque à l’égard de l’Horeca et des autres secteurs en difficulté.