JOGGING

Benoît Balestrie «Maître du temps»

Benoît Balestrie «Maître du temps»

Benoît Balestrie entouré par Philippe Bourez (à gauche) et Benjamin Bistiaux, qui l’ont accompagné en début d’après-midi. ÉdA

Benoît Balestrie a participé au challenge «Les Maîtres du temps» samedi. Il a couru quatorze tours de 3,63 kilomètres avec 300 mètres de dénivelé.

Benoît Balestrie s’est lancé sur le challenge «Les Maîtres du temps», ce samedi à Genappe. «Le challenge est de terminer un parcours de quatre kilomètres à plat en moins de trente minutes. On repart ensuite chaque demi-heure pour un nouveau tour de quatre kilomètres. Le temps imparti pour réaliser est amputé d’une minute pour chaque tour, explique Benoît Balestrie. La distance est pondérée en fonction du dénivelé. Comme j’avais trois cents mètres de dénivelé, ma boucle était réduite à 3,63 kilomètres.»

Il s’était fixé comme point de départ l’école Saint-Jean à Genappe. Dès 9 h, il s’est élancé pour une première boucle. «J’étais à l’aise pour parcourir la première boucle en trente minutes. Mais j’ai préféré courir à mon rythme (20'43''). C’est moins fatiguant», confiait-il à l’issue du challenge.

Des amis sont autorisés à accompagner les participants. «J’ai fait les premières boucles seul. Des potes sont ensuite venus se joindre à moi, chaque fois pour quelques tours. Les sept dernières boucles, j’avais toujours quelqu’un avec moi. Une quinzaine de personnes sont venues pour m’encourager», signale l’homme qui fêtera ses 39 ans dans moins de deux mois.

Sans entraînement

À l’issue de chaque tour, il faut encoder son temps sur une application. «C’est assez chouette comme challenge. On suit cela en direct et on voit combien de personnes restent en course. Au fil du temps, les jambes deviennent lourdes. Je ne me suis plus entraîné ces derniers temps. Le dernier challenge de ce type a eu lieu en novembre. J’avais trouvé l’idée chouette et je m’étais juré d’y participer. Je comptais m’entraîner pour le suivant mais je pensais qu’il aurait lieu en mars, pas mi-janvier. J’ai donc été pris par le temps, indique celui qui est devenu papa il y a trois mois. Cela devenait difficile dans les côtes. Je ne sais pas si j’ai bien fait de choisir un parcours avec 300 mètres de dénivelé. J’aurais mieux fait sans doute d’avoir un parcours plat de quatre kilomètres.»

Lorsqu’il s’est élancé sur la quatorzième boucle, il savait que c’était la dernière. «J’avais réalisé 17'20'' sur la boucle précédente. Je devais descendre sous les dix-sept minutes. J’ai couru en 16'58''. C’en était assez», lance-t-il.

 

 

17e avec 57,6 kilomètres en 6 h 44

 

En bouclant son quatorzième tour en 16'58'', Benoît Balestrie a terminé en dix-septième position. «Je n’aurais pas pu faire mieux. De plus, la neige s’est invitée durant la dernière heure. Ce n’était pas évident. J’ai dû mettre des chaussures de trail pour éviter de glisser. Au total, j’ai 57,6 kilomètres dans les jambes et 6 h 44 de course. Avec chaque fois une minute de moins, c’est un effort violent», lance Benoît Balestrie.

Le premier, Fabrice Étienne, a validé dix-huit tours. Il a couru son dernier tour en 12'57''. Il termine devant quatre athlètes français, eux aussi invités à participer au challenge. Au total, 130 des 151 personnes inscrites ont validé au moins un tour.