LIÈGE

Procès Intradel-Uvelia: la défense d’Alain Mathot plaide son acquittement

Procès Intradel-Uvelia: la défense d’Alain Mathot plaide son acquittement

Alain Mathot EdA

L’avocat d’Alain Mathot, Me Mayence, a sollicité jeudi devant le tribunal correctionnel de Liège l’acquittement de son client. La plaidoirie de l’avocat est toujours en cours mais il a déjà écarté tous les arguments à charge développés par le parquet.

Alain Mathot est suspecté de faits de corruption dans le cadre de la construction de l’incinérateur de déchets à Herstal. Il est le dernier des différents protagonistes de ce dossier à être jugé par le tribunal.

Pour l’avocat d’Alain Mathot, la preuve de sa culpabilité n’est pas rapportée. Me Mayence à évoqué la difficulté de défendre un client dans un climat d’instruction menée à charge uniquement, au départ d’une dénonciation anonyme, puis des déclarations de Philippe Leroy, le patron d’Inova. Ces déclarations présentent selon la défense de nombreuses incohérences. «Leroy a trompé la justice. À la même époque que ses déclarations à charge, il est inquiété en France pour un système de fausses factures pour un minimum de 3,5 millions d’euros. Aucune enquête de patrimoine n’a été réalisée à son sujet. Leroy à mené tout le monde en bateau», a plaidé l’avocat.

Me Mayence à dénoncé la déloyauté d’un enquêteur et la partialité du juge d’instruction. Mais, sur les faits de corruption qui lui sont reprochés, la défense affirme qu’aucun élément ne démontre qu’Alain Mathot est intervenu ou a exercé une influence illégitime. «À l’époque, il était un gamin de 29 ans exerçant le seul mandat de conseiller communal à Flémalle. Aucun mandat ne lui permettait de faire gagner un marché», a relevé Me Mayence.

La défense a démonté les accusations réalisées par Philippe Leroy, soutenant qu’il a menti pour réaliser un enrichissement personnel et protéger son patrimoine personnel. Sur base de la téléphonie, Me Mayence a également contesté les différents voyages à Paris reprochés à son client pour empocher des enveloppes de Philippe Leroy. «L’analyse sérieuse des séjours ne permet en aucun cas de retenir que ce que dit Leroy est plausible», a plaidé Me Mayence.

«Je ne suis pas un corrompu», certifie Alain Mathot

«La procédure dirigée contre Alain Mathot était particulièrement injuste. Il a gardé une carapace en public mais j’ai constaté à quel point cela l’a affecté. Tout ce qui a été dit ou fantasmé contre lui, ce sont des éléments qui ne sont pas confortés. Je suis sûr qu’il est innocent. Rien ne permet de dire que c’est un corrompu. Ce n’est pas facile d’être le fils de Guy Mathot. Il a été tué en plein vol alors qu’il a essayé de se faire un prénom», a plaidé Me Mayence.

Alain Mathot a pris une dernière fois la parole. «J’ai perdu pied en 2008 quand est paru un premier article accusateur. A ce moment-là, je me retrouve propulsé dans un schéma de corruption. J’ai tenté de savoir ce qui m’arrivait. J’ai subi cela pendant 13 ans. C’est un quart de ma vie à supporter ce qui est inimaginable», a-t-il confessé. «Vous ne pouvez pas mesurer le déferlement de haine qui s’est abattu sur ma famille. On m’a souhaité d’être brûlé dans l’incinérateur ou d’être fusillé sur un mur. Mes enfants ont été confrontés à cela. Comment fait-on pour prouver son innocence? J’ai même été obligé de prouver où j’ai acheté mes slips 10 ans plus tôt. Je n’ai jamais touché le moindre euro de ma vie pour faire un acte illégal. Je ne suis pas un corrompu», a-t-il certifié au tribunal.