JUMET

Le projet carolo de bus à hydrogène postposé

Le projet carolo de bus à hydrogène postposé

BELGA

Faute de financement suffisant, ce projet vient d’être postposé.

En mai dernier, le gouvernement wallon avait approuvé le projet carolo ‘Waste to Wheels’ visant à alimenter en hydrogène dix bus du dépôt de Jumet. Faute de financement suffisant, ce projet vient d’être postposé, a précisé jeudi le cabinet du ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry (Ecolo). Mercredi, le ministre avait été interrogé sur le sujet, en séance plénière du parlement régional, par le député libéral Nicolas Janssen.

Grâce à sa capacité et sa facilité de stockage, l’hydrogène s’est profilé ces dernières années comme un des éléments qui permettront la transition énergétique et une meilleure intégration des énergies renouvelables dans différents secteurs d’activité, dont le transport.

«Nous travaillons au développement d’une filière hydrogène vert qui, comme toutes les technologies de transition, nécessite des aides», a expliqué le ministre. Dans le cadre d’un appel à projets, le gouvernement a dès lors sélectionné deux projets pilotes - l’un à Charleroi; l’autre à Liège Airport. Ce dernier devrait être approuvé prochainement par l’exécutif régional.

Ce projet ne pourra finalement pas aller jusqu’à l’équilibre économique

Le projet carolo, baptisé ‘Waste to Wheels’ et porté notamment par Engie, prévoyait la mise en place d’une station de production et de distribution d’hydrogène à partir de l’électricité issue de l’unité de production énergétique de TiBi, l’intercommunale en charge de la gestion des déchets à Charleroi. Avec l’objectif final d’alimenter une flotte de dix bus du dépôt de Jumet.

«Ce projet ne pourra finalement pas aller jusqu’à l’équilibre économique», a indiqué Philippe Henry. Selon son cabinet, le coût global aurait été sous-estimé et un financement public supplémentaire, allant au-delà de ce qui avait été prévu dans l’appel à projets, n’était pas possible. Le projet a donc été postposé.

Si Engie repose sa candidature, il pourrait toutefois être à nouveau sélectionné dans le cadre du nouvel à projets qui sera lancé cette année.

«L’abandon de ce projet est un coup dur. L’hydrogène constitue une solution d’avenir que nous devons saisir en renforçant notre recherche et développement dans le domaine», a pour sa part regretté le député MR Nicolas Janssen.

Les bus électriques à hydrogène peuvent fonctionner avec de l’hydrogène ‘vert’ ou ‘décarboné’, surtout quand il est produit par l’électrolyse de l’eau. Par rapport à un véhicule diesel, ils offrent une solution zéro émission (ni dioxyde de carbone, ni particules polluantes). Ils ont, par ailleurs, un temps de recharge rapide (entre 5 et 10 minutes) et une autonomie d’au moins 300 km.