NAB

Harden quitte Houston pour rejoindre Durant et Irving à Brooklyn

Harden quitte Houston pour rejoindre Durant et Irving à Brooklyn

AFP

James Harden et les Rockets, c’est fini: le meilleur marqueur de la NBA ces trois dernières saisons, qui n’a cessé d’exprimer son souhait de quitter Houston, rejoint Brooklyn, où il va former un «Big 3» visant le titre avec Kevin Durant et Kyrie Irving.

Aucune des deux franchises n’a dans l’immédiat officialisé le transfert, qualifié de «blockbuster» par ESPN et le site The Athletic, qui l’ont annoncé en premier, et qui inclut selon eux deux autres clubs, Indiana et Cleveland.

Les Nets auraient notamment cédé à Houston trois à quatre premiers tours de drafts, l’ailier letton Rodions Kurucs, ainsi que Caris LeVert, leur 6e homme très performant. Lequel a été aussitôt échangé par les Rockets avec Victor Oladipo, star des Pacers. Les Cavaliers ont eux envoyé récupéré le pivot Jarrett Allen et l’ailier Taurean Prince en provenance de Brooklyn et envoyé l’ailier-shooteur Dante Exum à Houston.

Harden, 31 ans, va donc retrouver à Brooklyn deux autres grandes stars: l’ailier Kevin Durant, avec lequel il a joué trois saisons (2009-2012) au sein du Thunder d’Oklahoma City, et le meneur Kyrie Irving.

Ils vont remettre au goût du jour le «big 3», disparu l’an passé en NBA. Et les Nets, actuellement à l’équilibre (6 victoires, 6 défaites) à la 7e place à l’Est, de se hisser au rang de favoris dans la course au titre de champion, dans une conférence où Milwaukee, Philadelphie et Miami, tous trois un temps sur les rangs pour Harden, apparaissent comme leurs principaux rivaux.

Destination privilégiée

Le MVP 2018 s’en trouve exaucé, lui qui voulait clore son chapitre texan long de huit ans, dès le mois de novembre, ciblant Brooklyn comme sa destination privilégiée. Il y retrouvera son ancien coach Mike D’Antoni, désormais adjoint de Steve Nash sur le banc new-yorkais.

Ce dernier, pour sa première saison d’entraîneur, est certes gâté avec à sa disposition trois joueurs aussi talentueux, mais la pression du résultat n’en sera que plus grande sur ses épaules. Sans parler de la gestion des égos que cela suppose, s’agissant de trois + scoreurs + qui vont devoir se partager le ballon jusque dans les moments clés des matches.

Hors du parquet, la situation chez les Nets n’est pas simple actuellement. Irving n’a plus joué depuis quatre matches pour raisons personnelles et fait l’objet d’une enquête de la NBA pour violation du protocole anti-Covid.

Harden a lui manqué un match et écopé d’une grosse amende de 50.000 dollars autour de Noël pour la même raison, après avoir participé à une fête non masqué. Ceci et son embonpoint manifeste ont illustré son début de saison quelque peu nonchalant avec Houston.

Il a repris l’entraînement bien plus tard que le reste des Rockets et a aussi eu une altercation avec un rookie de l’équipe. Alors quand mardi soir, au sortir d’une deuxième défaite (117-100) consécutive contre les Lakers, il a critiqué le niveau de l’équipe, il s’est mis à dos les autres joueurs et le divorce avec les Rockets est devenu inéluctable.

«Manque de respect»

«The Beard» (le barbu) a estimé face à la presse qu elle n’était «simplement pas assez bonne». «Nous sommes très loin des autres prétendants. À l’évidence, il n’y a pas d’alchimie, on manque de talent, de tout.»

Le MVP de la saison 2018, auteur ce soir-là de 16 points, bien en deçà de ses standards habituels (7 rebonds, 6 passes), avait ensuite réitéré son souhait de clore l’histoire avec Houston: «J’aime cette ville, j’ai vraiment fait tout ce que je pouvais. Cette situation est folle, je ne crois pas que ça puisse s’arranger».

Des propos qui ont vexé l’autre star de l’équipe, John Wall, arrivé en provenance de Washington à l’intersaison, en échange de Russell Westbrook. «Quoi mec, tu veux déjà quitter le navire après seulement neuf matches?»

«Il parle pour lui. Je ne peux pas savoir ce qu’il pense. Ce que je sais, c’est à quel point les gars travaillent dur pour essayer de s’améliorer chaque jour. Mais quand certains ne veulent pas adhérer dès le départ, c’est compliqué de faire de bonnes choses en tant qu’équipe», a-t-il ajouté.

Mercredi, le pivot DeMarcus Cousins n’a pas plus mâché ses mots. «Le manque de respect est évident, mais il ne date pas d’hier […] La façon dont il a abordé le stage d’avant-saison, en arrivant comme il l’a fait, en faisant ses frasques en dehors du terrain…»

À Brooklyn, Harden va devoir redevenir un basketteur s’il veut enfin être champion.