CORONAVIRUS

Le coronavirus ne fait pas le lit des musées bruxellois, au bord de «l’asphyxie» et d’un «drame social silencieux»

Le coronavirus ne fait pas le lit des musées bruxellois, au bord de «l’asphyxie» et d’un «drame social silencieux»

L’expo «Risquons tout» du Wiels a été prolongée jusqu’au 28 mars 2021 à Forest. ÉdA – Julien RENSONNET

Les musées bruxellois ont perdu 58% de fréquentation et 20 millions d’euros en 2020 en raison de la crise sanitaire. C’est ce qu’annonce l’association Brussels Museums, qui regroupe une centaine d’institutions.

Les musées bruxellois ont perdu 58% de fréquentation et 20 millions d’euros en 2020 en raison de la crise sanitaire, selon les chiffres de l’association Brussels Museums publiés vendredi. Le secteur risque une «véritable asphyxie», alerte-t-elle.

Les musées ont été contraints de garder portes closes du 14 mars au 18 mai et du 23 octobre au 1er décembre. Ils ont en outre été pénalisés par les restrictions nécessaires du nombre de personnes pouvant visiter les lieux et l’absence de touristes étrangers.

Avec 2,1 millions d’entrées en 2020, les musées bruxellois affichent une baisse de 58% par rapport à l’année précédente.

L’automne à 53%

Même si elle est jugée «encourageante», avec quelques lieux qui ont affiché complet pendant les vacances d’hiver, la réouverture en décembre n’a permis d’enregistrer que 152.000 entrées, soit 53% de moins que lors du même mois en 2019.

Les pertes financières sur l’ensemble de l’année sont évaluées à 20 millions d’euros.

Les réponses se font plus qu’attendre. La reprise est fragile et ne résoudra pas seule les écueils du secteur

La survie de plusieurs lieux est menacée et un «drame social silencieux» se joue en temps réel pour les guides, services de médiation culturelle, techniciens, scénographes…, souligne Brussels Museums.

«Les réponses se font plus qu’attendre», déplore l’association. «La reprise est fragile et ne résoudra pas seule les écueils du secteur. Ce dernier a besoin d’un accompagnement financier structurel et à long terme par les pouvoirs publics.»