BRUXELLES

Ces 300 petits bonshommes ont été vendus aux enchères pour les sans-abri: 26.000€ récoltés, une expo pour les rencontrer

L’expo «1000 Petits Bonshommes» rassemble 277 mannequins de bois customisés dans une expo qui pose les questions nécessaires à la fois sur la problématique du sans-abrisme à Bruxelles et sur la place des artistes dans la société.1000 Petits Bonshommes

Une expo s’ouvre ce 7 janvier aux Halles Saint-Géry, dans le centre de Bruxelles, qui rassemble plusieurs centaines de bonshommes de bois articulés. Customisés par les artistes et personnalités, ils ont été vendus aux enchères pour les sans-abri.

Un petit bonhomme en mousse, un autre affichant les constellations, deux bonshommes qui s’enlacent, un 4e recouverts d’un lettrage street-art. Entre un haltérophile et un client de supermarché perché… sous son caddie, voilà une silhouette percée de cure-dents colorés et un masque habillé d’un boubou, sans oublier l’infirmière: ils sont des dizaines de ces mannequins articulés à avoir été customisés par des artistes pendant le premier confinement. Vendus aux enchères pour l’ASBL Infirmiers de Rue, cette foule de figurants choyée des étudiants en dessin s’expose dès ce jeudi 7 janvier aux Halles Saint-Géry.

Ces 300 petits bonshommes ont été vendus aux enchères pour les sans-abri: 26.000€ récoltés, une expo pour les rencontrer
1000 Petits Bonshommes/ Patrick Croes
L’idée en revient à Cédric Gérard, fondateur de la toute jeune adresse de cuisine asiatique fusion Bobbi Bao. L’homme se dit sensibilisé au sans-abrisme, vu la situation de son resto en plein centre de Bruxelles. Alors plutôt que de se tourner les pouces durant le premier confinement, il décide de confier à des artistes et personnalités les figurines de bois clair destinées à sa déco. Objectif: récolter des fonds pour l’ASBL Infirmiers de Rue. Pour mener le projet à bien, il embrigade le directeur artistique de la Bobbi Brewery, qui sera curateur de l’expo.

Et en un mois, 200 œuvres sont créées par des artistes reconnus. Citons ainsi le designer Charles Kaisin, le dessinateur Geluck, le street-artist Denis Meyers. Mais d’autres personnalités belges se joignent au carnaval de bienfaisance: Nathalie Uffner, Marka, Guillermo Guiz ou Joëlle Scoriels. Le bouche-à-oreille fait le job sur les réseaux et une centaine de mannequins supplémentaires grossissent les rangs. Au total, les ventes aux enchères des 277 pièces exactement ont récolté 23.000€ pour Infirmiers de Rue, avec des prix de vente entre 20 et 600€ la pièce.

Ces 300 petits bonshommes ont été vendus aux enchères pour les sans-abri: 26.000€ récoltés, une expo pour les rencontrer
1000 Petits Bonshommes/ Julie Daoust
L’expo qui se tient aux Halles jusqu’au 27 février sera l’occasion d’admirer une dernière fois ces œuvres avant qu’elles rejoignent les cheminées de leurs heureux acquéreurs. Elle permettra aussi aux artistes d’exposer malgré le contexte sanitaire compliqué. Surtout, elle verra les participants rencontrer les infirmiers et les sans-abri du centre-ville. D’où aussi ce saupoudrage de l’installation avec des débats autour de la problématique du sans-abrisme à Bruxelles et de la place des artistes dans la société post-covid, où on les a bien trop vite taxés de «non-essentiels». Avec en bonus des enchères de dernière minute pour 20 petits bonshommes supplémentaires.

+ «1000 Petits Bonshommes», expo jusqu’au 27 février 2021 aux Halles Saint-Géry, entrée gratuite