USA

Le Congrès américain pris d’assaut par les pro-Trump: retour sur les événements d’un 6 janvier qui fera date dans l’histoire

Le Congrès américain pris d’assaut par les pro-Trump: retour sur les événements d’un 6 janvier qui fera date dans l’histoire

Harangués par Donald Trump, des partisans du président républicain ont pris d’assaut le Congrès américain pour tenter d’annuler la certification du résultat de l’élection présidentielle donnant la victoire à son rival démocrate Joe Biden AFP

Des scènes «surréalistes» pour les uns, «choquantes» pour d’autres: les images des militants pro-Trump prenant d’assaut le Congrès des États-Unis d’Amérique et obligeant sénateurs, représentants et attachés parlementaires à évacuer via les sous-terrains ou à se barricader dans les bureaux font désormais partie de l’histoire. Retour sur le chaos qui s’est abattu sur Washington ce mercredi 6 janvier 2021.

 

 

 

1.Le contexte

 

Le Congrès américain était réuni ce mercredi 6 janvier afin de certifier le résultat de l’élection présidentielle du 3 novembre dernier, actant de facto la victoire du candidat démocrate Joe Biden. Refusant toujours de concéder sa défaite, Donald Trump avait exhorté ses partisans à venir manifester à Washington.

+ REVOIR | Des foules de partisans de Trump convergent vers Washington

 

2.L’étincelle

 

Dans un discours prononcé aux alentours de 13 heures (19 heures GMT), Donald Trump harangue ses nombreux partisans présents, les encourageant à marcher en direction du Capitole - où devait donc se tenir la séance de certification du résultat de l’élection présidentielle: «Je sais que tout le monde ici marchera bientôt vers le Capitole, pour pacifiquement, patriotiquement faire entre vos voix

Le Congrès américain pris d’assaut par les pro-Trump: retour sur les événements d’un 6 janvier qui fera date dans l’histoire
Donald Trump a pris la parole devant la Maison Blanche pour harangué ses partisans et les encourager à reprendre le contrôle de leur pays. Photo News

Le président en exercice tente en outre de faire une dernière fois pression sur son vice-président, Mike Pence, chargé de présider la séance de certification: «Si Mike Pence fait la bonne chose, nous gagnons l’élection

+ REVOIR | Donald Trump n’en démord (toujours) pas: «Nous ne concéderons jamais » la défaite

 

3.L’invasion

 

Tandis que la séance au Congrès débute (et que Mike Pence annonce ne pas s’opposer à la certification, contrairement aux appels formulés en ce sens par Donald Trump), plusieurs bâtiments annexes sont évacués, en raison l’arrivée massive de manifestants pro-Trump, faisant le siège du Capitole. Ceux-ci forcent finalement les barrages de sécurité, entraînant le confinement puis l’évacuation des deux chambres (Sénat et Chambre des représentants) du Congrès.

+ REVOIR | Washington sous haute tension: des partisans de Trump prennent d’assaut le Congrès

Le Congrès américain pris d’assaut par les pro-Trump: retour sur les événements d’un 6 janvier qui fera date dans l’histoire
Plusieurs dizaines de partisans pro-Trump ont réussi à pénétrer dans les bâtiments du Congrès américain, le cœur de la démocratie américaine. AFP

Des scènes de vandalismes et d’affrontements entre manifestants et forces de sécurité sont rapportées par différents médias présents sur place. D’autres images, montrant les partisans de Trump prendre possession des bureaux et de plusieurs endroits clés du Congrès, font rapidement le tour du monde.

+ REVOIR | Gaz lacrymogène, armes dégainées, un blessé par balle: le chaos règne à l’intérieur du Congrès américain

+ REVOIR | Insurrection à Washington: 15 images marquantes pour illustrer le chaos

+ LIRE AUSSI | Jake Angeli, visage de l’insurrection de Washington et du conspirationnisme américain

 

4.Le retour au calme

 

Après deux heures «d’occupation», le Congrès est finalement libéré et les manifestants repoussés dans le calme par la garde nationale et les agents du SWAT arrivée en renfort. Un couvre-feu est instauré entre 18 heures (0h GMT) et 6 heures (12 heures GMT), forçant ainsi les derniers manifestants à se disperser et à rentrer chez eux.

+ RELIRE | La police anti-émeute écarte les manifestants du Capitole

 

5.Le bilan de l’insurrection

 

Les premiers bilans officiels font état de quatre morts. Une femme, partisane de Trump, est décédée à la suite d’une blessure par balle reçue à l’intérieur du Capitole.

Le Congrès américain pris d’assaut par les pro-Trump: retour sur les événements d’un 6 janvier qui fera date dans l’histoire
Ashli Babbitt était une farouche partisane de Donald Trump: elle est décédée dans la prise d’assaut du Capitole. Photo News

Trois autres personnes - une femme et deux hommes - sont décédées aux abords du Capitole, mais les circonstances exactes de ces trois décès ne sont pas encore connues. Plusieurs agents ont par ailleurs été blessés au cours de l’insurrection, avancent encore plusieurs médias américains, citant des sources policières.

En outre, une cinquantaine d’arrestations a été pratiquée dans et aux abords du Capitole durant la soirée.

+ RELIRE | Au moins 4 morts lors des violences au Capitole

 

6.Les réactions

 

Rapidement, les réactions émanent des quatre coins du monde.

D’abord des principaux intéressés: Biden condamne fermement ce qu’il qualifie «d’insurrection», précisant que «ce n’est pas ça, l’Amérique», tandis que Trump salue via les réseaux sociaux de «grands patriotes». Dans la foulée, Facebook et Twitter bloquent les comptes de Donald Trump.

+ RELIRE | Biden dénonce une « insurrection » et appelle Trump à « stopper le siège »

+ RELIRE | Donald Trump a décrit ses sympathisants comme des « grands patriotes »

+ LIRE AUSSI | Twitter et Facebook bloquent les comptes de Donald Trump après les émeutes au Capitole

Des élus du clan démocrate dénoncent une tentative de «coup d’État» de partisans de Trump, tandis que plusieurs élus républicains, pourtant alliés de Donald Trump prennent leur distance avec ce qui vient de se passer et l’attitude de leur chef de file.

+ RELIRE | Des élus dénoncent une tentative de « coup d’État » de partisans de Trump

+ RELIRE | Des élus républicains condamnent à leur tour l’invasion du Capitole par des manifestants pro-Trump

+ LIRE AUSSI | Les ex-présidents Obama et Bush condamnent l’insurrection à Washington

Rapidement aussi, nombreux sont les organes de pouvoir internationaux ou étatiques à communiquer sur la situation. «Scènes choquantes» pour les uns, «assaut inédit contre la démocratie américaine» pour d’autres: les images qui émanent de Washington marquent profondément l’ensemble des pouvoirs politiques à travers le monde.

+ RELIRE | Les réactions internationales suite au chaos au Capitole: «La démocratie américaine en état de siège »

+ EN BELGIQUE | La classe politique belge déplore la mise en danger de la démocratie

 

7.Les conséquences

 

Au-delà de l’image écornée d’une démocratie américaine en souffrance, les incidents qui ont éclaté ce mercredi 6 janvier à Washington montrent que si Trump a perdu les élections, son courant, appelé parfois «Trumpisme», reste bel et bien fort présent sur la scène publique américaine.

+ LIRE À CE SUJET | Tanguy Struye: « Le “Trumpisme” a encore un avenir »

Une fois le retour au calme revenu, le Congrès a par ailleurs certifié comme le veut la coutume le résultat de l’élection, validant ainsi la victoire de Biden et la défaite de Trump.

+ RELIRE | Le Congrès et le Sénat américain rejettent des objections à la victoire de Biden

+ RELIRE | Le Congrès valide la victoire de Biden à la présidentielle

Le Congrès américain pris d’assaut par les pro-Trump: retour sur les événements d’un 6 janvier qui fera date dans l’histoire
Des élus républicains debout pour applaudir la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi: outre la carte d’une image d’unité nationale qu’une partie du clan républicain tente de jouer désormais, cette scène marque surtout la fin de Donald Trump, lâché par toute une frange de son propre parti. Photo News

Par ailleurs, des voix s’élèvent au lendemain des scènes de chaos pour réclamer une nouvelle fois la démission, voire la destitution de Donald Trump.

+ RELIRE | Appel à la démission de Trump: des ministres envisagent de l’écarter du pouvoir

+ PLUS D’INFOS | Quel est ce 25e amendement qui pourrait être utilisé contre Donald Trump?