USA

VIDÉO | Insurrection à Washington: le genou à terre des joueurs de NBA face à la «différence de traitement» entre les manifestants pro-Trump et Black Lives Matter

Durant la nuit, avant leur rencontre de NBA, les équipes de Boston, Miami, Golden State et des Los Angeles Clippers ont posé le genou à terre lors de l’hymne national américain. Les joueurs réagissent face à la «différence de traitement» entre les militants pro-Trump qui ont envahi le Capitole hier soir et les manifestants sévèrement réprimés du mouvement Black Lives Matter.

À Miami, la rencontre entre le Heat et le Celtic a été retardée de 45 minutes pour permettre aux deux équipes de discuter sur la marche à suivre face aux événements survenus mercredi soir à Washington.

Les deux clubs ont communiqué conjointement: «2021 est une nouvelle année, mais certaines choses n’ont pas changé. Nous jouons le match de ce soir (lisez mercredi soir) avec le cœur lourd après la décision d’hier à Kenosha, et sachant que les manifestants dans la capitale de notre pays sont traités différemment par les dirigeants politiques en fonction du côté duquel ils se trouvent sur certains sujets.»

Les deux clubs font référence à l’affaire Jacob Blake. Après avoir grièvement blessé par balle l’Afro-Américain en août à Kenosha, dans le Wisconsin, les policiers impliqués ont été exemptés de poursuites judiciaires. «La différence radicale entre la manière dont les manifestants ont été traités au printemps et l’été dernier et les encouragements donnés aux manifestants d’aujourd’hui, qui ont agi illégalement, montre à quel point nous avons encore du travail à faire», ont insisté.

Le genou à terre de retour

À San Francisco ou à Milwaukee, on a de nouveau posé le genou à terre. Un geste que l’on n’avait pas vu depuis le début de la saison, le 22 décembre.

Entre les Phoenix Suns et les Toronto Raptors, on s’est enlacé avec le mot d’ordre: «Unité».

Le genou à terre, un geste de soutien au mouvement Black Lives Matter qui fait encore écho aujourd’hui, surtout pour insister sur la différence de traitement entre manifestants selon leur couleur de peau et/ou leur orientation politique.

Mercredi, avant ces signes de protestation, de nombreuses personnalités de la NBA ont réagi aux événements survenus à Washington, sur les réseaux sociaux ou auprès des médias.

«Il y a littéralement un tweet pour tout. Tu ne peux pas tenir ta langue aujourd’hui?», a notamment dit Stephen Curry, joueur des Golden State Warriors, sur Twitter.