USA

Chaos au Capitole: Biden dénonce une «insurrection» et appelle Trump à «stopper le siège»

Chaos au Capitole: Biden dénonce une «insurrection» et appelle Trump à «stopper le siège»

Joe Biden a pris la parole. AFP

Le président élu Joe Biden a dénoncé mercredi «l’insurrection» en cours au Capitole, où des partisans de Donald Trump ont semé le chaos pendant une séance consacrée à la certification des résultats de la présidentielle.

«Notre démocratie vit une agression sans précédent», a-t-il jugé, en appelant le président républicain à se rendre devant les caméras pour demander «la fin de ce siège».

 

 

Le président élu a qualifié les faits d’«assaut inédit» contre la «liberté», contre les «représentants du peuple» ou encore «la primauté de la loi».

Ces «scènes de chaos ne représentent pas qui nous sommes en tant qu’Américains», il s’agit de quelques «extrémistes» et ces actes de «sédition doivent cesser immédiatement», a martelé M. Biden.

Il a assimilé les violences qui ont cours à Washington à de «l’insurrection». «Je suis choqué, le monde nous regarde, quel moment sombre», a encore commenté le futur locataire de la Maison Blanche.

«Nous allons triompher tout de suite», «les quatre prochaines années doivent être celles de la restauration de la démocratie», a encore dit Joe Biden. Il a conclu son intervention en appelant une nouvelle fois le président Trump à agir et en citant Abraham Lincoln: «Nous sauverons noblement ou perdrons méchamment le dernier meilleur espoir de la Terre».

Trump appelle ses partisans à «rentrer chez eux»

Le président américain Donald Trump a appelé mercredi ses partisans à «rentrer chez eux», après que plusieurs centaines d’entre eux ont envahi le Capitole à Washington.

«Nous devons avoir la paix. Alors rentrez chez vous. Je vous aime», a-t-il déclaré dans une brève vidéo.

«Je comprends votre douleur. Je sais que vous êtes blessés», a-t-il ajouté. «Cette élection nous a été volée», a-t-il encore dit, réitérant une nouvelles fois des accusations de fraude ne reposant sur aucun élément concret.

 

 

Le vice-président appelle à l’arrêt «immédiat» des violences au Capitole

Le vice-président Mike Pence a appelé mercredi à l’arrêt «immédiat» des violences au Capitole après l’irruption de manifestants pro-Trump dans l’enceinte du Parlement américain à Washington.

«Les violences et les destructions qui ont lieu au Capitole américain doivent cesser et elles doivent cesser immédiatement», a-t-il tweeté, demandant aux manifestants de «respecter les agents des forces de l’ordre et quitter immédiatement le bâtiment».

 

 

Des élus républicains condamnent à leur tour l’invasion du Capitole par des manifestants pro-Trump

Des élus républicains condamnent mercredi l’invasion de la colline du Capitole à Washington par des manifestants pro-Trump.

«La violence et l’anarchie sont inacceptables. Nous sommes un État de droit. Ceci doit cesser immédiatement», a tweeté Tom Cotton, sénateur de l’Arkansas.

Ron Johnson, un autre sénateur républicain, a appelé les manifestants présents au Capitole à respecter les forces de l’ordre et à se disperser pacifiquement.

«Je condamne toute forme de violence et d’intimidation. C’est inacceptable», a indiqué Steve Daines, sénateur du Montana.

«La violence est toujours inacceptable. Même lorsque les émotions sont fortes. Toute personne impliquée dans des actes de violence, notamment contre la police, doit être poursuivie», a tweeté Ted Cruz, le sénateur du Texas et l’un des principaux soutiens du président Donald Trump. «Ceux qui se livrent à des actes de violence nuisent à la cause qu’ils disent défendre», a ajouté celui qui avait notamment contesté les résultats du scrutin présidentiel dans l’État de l’Arizona.

Bill Hagerty, le sénateur du Tennessee et autre important allié du président sortant a, lui aussi, condamné les actes de violence ayant lieu au Capitole mercredi.