USA

PHOTOS | Gaz lacrymogène, armes dégainées, un blessé par balle: le chaos règne à l’interieur du Congrès américain

Le Congrès des États-Unis a suspendu en urgence mercredi une session destinée à certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle après l’irruption de manifestants pro-Trump dans le Capitole.

Les deux chambres, Sénat et Chambre des représentants, ont été placées en confinement et les parlementaires ont reçu la consigne de d’enfiler des masques à gaz et de s’allonger au sol, selon des élus.

Des manifestants ont pénétré dans les deux chambres, selon les médias américains, ainsi que dans la rotonde du Capitole, où du gaz lacrymogène a été utilisé.

 

 

Des agents de la police du Capitole ont dégainé leurs armes, rapporte l’élu démocrate Dan Kildee qui dénonce une «attaque contre l’Amérique».

Donald Trump, qui avait appelé un peu plus tôt ses sympathisants à se diriger vers le Congrès pour faire pression sur les élus républicains afin qu’ils s’opposent à la certification de la victoire de Joe Biden, les a depuis appelés à éviter toute violence.

 

 

«Soutenez la police du Capitole et les forces de l’ordre. Ils sont du côté de notre pays. Restez pacifiques! », a-t-il tweeté.

 

 

Un blessé par balle à l’intérieur du Capitole

 

Une personne a été blessée par balle à l’intérieur du Capitole où des partisans de Donald Trump ont fait irruption mercredi, selon plusieurs médias américains.La victime est une femme qui a reçu une balle dans l’épaule, selon un agent cité par le Washington Post. Elle a été évacuée sur un brancard. D’après CNN, elle se trouve dans un état critique.

 

«La Chambre est à nous»

«On reprend la Chambre. ([…]Elle est à nous», a confié à l’AFP un manifestant. «J’irais jusqu’à me sacrifier pour protéger mes droits», martèle Jim Wood, un manifestant de 60 ans venu du New Hampshire.

Au moins un manifestant a dû être évacué par des personnels médicaux.

 

Victoire historique en Géorgie

 

Toujours dans son fief de Wilmington, Joe Biden a promis «l’unité» et «l’action» aux Américains après avoir obtenu des succès dans deux élection sénatoriales tenues mardi en Géorgie et qui devraient lui donner la majorité dans la chambre haute.

Le candidat démocrate Raphael Warnock a battu la sénatrice républicaine Kelly Loeffler et est entré dans l’histoire en devenant le premier sénateur noir élu dans cet EÉat du Sud.

«Ce qui s’est passé hier (mardi) soir est extraordinaire», a déclaré sur CNN ce pasteur de 51 ans d’une église d’Atlanta où officiait Martin Luther King.

L’autre démocrate en lice, Jon Ossoff, semblait lui aussi en position de créer la surprise face au sénateur républicain David Perdue. Les grandes télévisions américaines ne l’ont cependant pas encore désigné comme vainqueur.

Si sa victoire se confirme, Jon Ossoff deviendrait, à 33 ans, le plus jeune sénateur démocrate depuis… Joe Biden (en 1973).

 

 

Les démocrates auraient alors 50 sièges au Sénat, comme les républicains. Mais comme le prévoit la constitution, la future vice-présidente Kamala Harris aurait le pouvoir de départager les votes, et donc de faire pencher la balance du côté démocrate.

Les performances démocrates dans ce grand État du Sud traditionnellement conservateur représentent un terrible revers pour le Grand Old Party. Et si la double victoire se confirme, les républicains, après avoir perdu la Maison Blanche, verraient la prestigieuse chambre haute leur échapper.