SOCIÉTÉ

Courses, invités, trajets, feux d’artifice, sanctions: mode d’emploi pour ce Nouvel An «Covid»

Courses, invités, trajets, feux d’artifice, sanctions: mode d’emploi pour ce Nouvel An «Covid»

Les Belges devront fêter le passage à l’An Neuf en petit comité. Fotolia (Illustration)

À quelques heures du Nouvel An, retour sur ce qui est permis et ce qui est interdit.

Une semaine après Noël, les Belges s’apprêtent à fêter le passage à l’An Neuf. Et ce, malgré la pandémie.

+ À LIRE AUSSI | Interdiction de se rendre dans les Fagnes ce vendredi et ce week-end

Mais, entre ce qui est autorisé, toléré et totalement interdit, les règles «Covid» restent encore un peu floues pour certains. Dès lors, pour éviter toute mauvaise surprise, voici les grandes lignes à respecter dans les prochaines heures.

1Puis-je réaliser mes courses de dernière minute normalement?

Comme c’est le cas depuis plusieurs semaines, rien n’empêche les Belges de faire leurs achats normalement.

Toutefois, outre le fait que le shopping récréatif reste interdit, les courses doivent se faire seul, en 30 minutes maximum.

Existe-t-il des exceptions? Oui. Ainsi, les personnes qui souffrent d’un handicap peuvent être accompagnées d’un aidant proche. De même, et pour peu que ce soit absolument nécessaire, un parent seul peut faire ses courses avec un enfant de moins de 12 ans.

2Qui puis-je inviter au réveillon du Nouvel An?

Comme à Noël, la règle vous autorise à inviter une seule personne par foyer. Aucune dérogation n’est possible, même en ouvrant les fenêtres pour aérer.

Par exemple, un couple a le droit d’inviter un ami ou un membre de la famille à passer le réveillon de Noël à la maison. Votre invité aura alors le droit d’enlever son masque. Cette personne pourra être différente au nouvel an.

Maisons de repos: des visites ou… la quarantaine

Afin de privilégier les visites des proches durant les fêtes, les autorités wallonnes ont assoupli les règles dans les maisons de repos entre le lundi 21 décembre et le lundi 11 janvier. Si la visite à deux visiteurs en même temps par résident reste d’application, les visiteurs peuvent être différents de semaine en semaine.

De même, un résident qui en a fait la demande préalable peut passer le réveillon du Nouvel An dans sa famille. Toutefois, il devra suivre les règles édictées par le Comité de concertation et il devra aussi respecter une quarantaine de 7 jours à son retour en maison de repos. Ce qui signifie qu’un résident qui a déjà fêté le réveillon de Noël en famille ne peut pas célébrer l’An Neuf avec ses proches.

Pour tous ceux qui possèdent un brasero, il est également possible d’inviter un peu plus de monde à la maison.

Les rassemblements de quatre personnes maximum sont autorisés à l’extérieur, en gardant une distance d’1,5 m, excepté pour les enfants de moins de 12 ans. Concrètement cela signifie qu’un couple avec deux enfants de 8 et 10 ans a le droit d’inviter un autre couple avec des enfants de moins de douze ans, dans leur jardin.

3Jusqu’à quand puis-je rejoindre mes proches?

Que tous ceux qui ont l’habitude de traverser la Belgique durant la nuit du 31 au 1er afin de rendre visite à la famille soient avertis: se déplacer en pleine nuit est strictement interdit.

Que ce soit en Wallonie ou à Bruxelles, le couvre-feu (22h-6h) reste inchangé durant les fêtes. Et ce, jusqu’au 15 janvier, au moins.

Résultat des courses? Tous les Belges invités à faire la fête à l’extérieur devront passer la nuit chez leur(s) hôte(s).

À noter qu’en Flandre, le couvre-feu débute aussi à 22h et se termine à 5h.

4Est-ce que je peux tirer un feu d’artifice?

Cette année, la tradition est bouleversée: les feux d’artifice sont interdits. De même, les canons sonores ou canons à carbure sont également proscrits.

5Quelles sanctions est-ce que je risque en cas de non-respect des règles?

Parce que les autorités estiment avoir répété les interdictions depuis suffisamment longtemps, certaines amendes à destination des contrevenants ont désormais été relevées.

Ainsi, s’il en coûte toujours 250 euros pour chaque participant d’une réunion en petit comité, l’amende risque d’être plus salée pour ceux qui prennent part à de grandes fêtes clandestines.

Tout contrevenant arrêté lors d’une «lockdown party» encourt une amende entre 250 et 750 euros. L’organisateur de la soirée risque pour sa part une amende allant jusqu’à 4.000 euros. De lourdes sanctions qui s’ajoutent à une possible confiscation du matériel utilisé (voiture, sono, ordinateurs, téléphones portables,…) ainsi qu’à de potentielles poursuites judiciaires.