JUDICIAIRE

Coup de couteau le jour du mariage; taser défectueux; riot-gun «plus en sécurité chez maman»… 5 étonnantes affaires judiciaires en Wallonie

Coup de couteau le jour du mariage; taser défectueux; riot-gun «plus en sécurité chez maman»… 5 étonnantes affaires judiciaires en Wallonie

EdA Jacques DUCHATEAU

Conflit de voisinage, vol, infraction au code de la route, agression, autant de motifs de se retrouver face au tribunal... S’il existe une multitude d’alternatives pour l’éviter, force est de constater que nos tribunaux sont pleins.

 

 

Face à ces hommes et ces femmes pris en défaut: un juge. À lui de juger les arguments de chacun pour ensuite opter pour la compréhension, le sermon et parfois la punition.

L’Avenir vous invite à découvrir ces petites scènes insolites de vos tribunaux mais aussi des tranches de vie.

 

1Il porte un coup de couteau à sa femme... le jour de leur mariage

 

Une peine de 10 ans de prison a été requise, lundi, par le ministère public contre un homme âgé de 47 ans poursuivi devant le tribunal correctionnel de Mons pour avoir tenté de tuer sa future femme, le jour de leur mariage, d’un coup de couteau porté dans le thorax.

Le couple a toujours l’intention de se marier.

+ LIRE LE COMPTE-RENDU

 

2Il avait voulu faire croire à des violences policières

 

La police intervient aux abords d’une boîte de nuit. Deux personness’y chamaillent. Elle est au sol, il est debout face à elle.

«Ce n’est pas parce que t’es flic que tu vas me faire bouger. T’as pas intérêt à me toucher.»

+ LIRE LE COMPTE-RENDU

 

 

La citation de la semaine

 

 

le riot-gun est plus en sécurité chez maman

 

+ LIRE LE COMPTE-RENDU

 

 

3«Je travaille 14 heures par jour pour ma société que j’ai depuis 7 ans. Je suis une victime et je me retrouve au premier rang»

 

En octobre dernier, le tribunal correctionnel de Charleroi avait condamné Orhan à 3 ans de prison ferme par défaut dans le cadre d’un vaste dossier de trafic de stupéfiants lourd de dix-sept cartons et concernant douze prévenus.

+ LIRE LE COMPTE-RENDU

 

4Menaces avec un taser... défectueux

 

Tout proche de la pension, Antonio n’est pas du genre à rester tranquillement assis dans son fauteuil lorsqu’on touche à ses proches. C’est encore plus le cas quand cela concerne son fiston.

Quand ce dernier a des ennuis, il peut compter sur son père. Le 26 août 2019, à Fleurus, Antonio a voulu se faire justice lui-même pour son fils.

Tout débute lorsqu’Antonio donne 2.500 euros à son fils pour qu’il puisse réparer son véhicule. Dans le même temps, le fiston est à deux doigts de se séparer de sa compagne.

Et cette dernière profite de la situation pour s’emparer de l’enveloppe contenant l’argent avant de se la faire piquer par Vincent, son frère.

+ LIRE LE COMPTE-RENDU