Le Defender était intemporel, on le croyait immortel. Avant de le voir terrassé par les normes modernes. Mais le Defender n’avait pas dit son dernier mot: le revoici. Bien différent. Et pourtant toujours identique.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 35 des 335 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?
Nos dernières videos