BRAIVES

Pour BAse, le blocage a assez duré

Pour BAse, le blocage a assez duré

Marc Foccroulle lance ouvertement le débat d’une majorité alternative à Braives. Il demande à chaque élu de se positionner. Heymans Archives

Le comité de négociation syndicale ayant échoué à Braives, BAse appelle les élus au sursaut: prêts pour une autre majorité?

Dans le magma de tensions qui enveniment la vie du personnel communal (malaise social illustré par des démissions, burn-out et une grève) et des élus braivois (les 4 élus apparentés cdH et une élue MR se déclarent indépendants au sein de la majorité Entente Communale) depuis dix mois, le comité de négociation syndicale de la semaine dernière devait ouvrir la vanne à décompression. Il n’y a cependant pas eu d’accord entre le collège et les syndicats. «En définitive et pour faire bref, le personnel n’a rien obtenu: ni au niveau du bien-être psychosocial, ni au niveau du cahier des revendications concernant le statut pécuniaire auquel il a droit, regrette Marc Foccroulle, le chef du groupe BAse sur les bancs de l’opposition pour qui la situation est devenue intenable. Depuis le 25 mai, on a décidé de laisser le temps au temps pour régler la situation du personnel communal. C’était notre priorité.»

Appel à voter contre le budget 2021 ce lundi

Or, l’échec du collège qui avait jusqu’à la fin de l’année pour présenter un plan structuré est cuisant. À l’ordre du jour du conseil communal convoqué ce lundi, il n’y aura pas trace des trois points qui devaient entériner l’accord espéré avec les syndicats sur le règlement de travail, le statut administratif et le statut pécuniaire. «Il y a bien eu la proposition de la révision générale des barèmes pour 9 personnes et le passage à l’échelle barémique E2 pour une quarantaine d’autres. Dont coût d’une soixantaine de milliers d’euros à inscrire au budget 2021. Mais, l’autre moitié du personnel communal et celui du CPAS n’allaient rient obtenir avec l’argument que la Commune n’avait pas assez d’argent pour rencontrer toutes les demandes au cahier de revendications. Or, on savait à l’avance qu’il n’y avait pas assez d’argent dans les caisses! Il faut remettre tout à plat pour identifier les endroits où on doit arrêter certaines dépenses, faire les choix pour financier ce que le personnel mérite.» Et Marc Foccroulle de tenter un électrochoc chez les élus braivois en appelant à voter contre le budget 2021 ce lundi. «Il ne tient pas la route. Après, il sera trop tard... Il faut un sursaut sans quoi c’est laisser le malaise au sein du personnel perdurer.»

Majorité alternative? «Je veux que le débat soit lancé»

Pour l’élu BAse, l’heure est venue pour la majorité Entente Communale «qui n’en avait déjà plus que le nom» de faire l’aveu de son incapacité à ramener le calme à Braives. Avec le scénario devenu incontournable d’une majorité alternative à trouver. «Après le conseil communal, je contacterai tous les élus pour voir s’ils sont prêts à repartir d’une page blanche. Ceux de la majorité doivent dire s’ils restent où s’ils veulent un autre projet pour la Commune.» On n’en est pas encore au stade de la motion de méfiance, mais le terrain se prépare. «Je veux que le débat soit lancé. À l’issue de ce travail, nous apprécierons les possibilités de majorité alternative à proposer aux Braivois. Et si notre initiative devait échouer, nous saisirons la Région wallonne pour demander la prolongation de la mise sous tutelle instaurée en juin dernier, car elle arrive à échéance le 23 décembre prochain.»

À lire dans L’Avenir Huy-Waremme de ce lundi, sur tablette, smartphone ou PC


Nos dernières videos