JOGGING

Baudouin Lust, Monsieur Challenge Guérit

Baudouin Lust, Monsieur Challenge Guérit

Baudouin Lust a remporté un nombre considérable de courses du Guérit. ÉdA – 501102271526

Aujourd’hui retiré des pelotons, le Beaumontois a écrit quelques-unes des plus belles pages du challenge qu’il a remporté à trois reprises.

Aujourd’hui âgé de 68 ans, Baudouin Lust a considérablement alimenté les pages sportives régionales durant les années 90 et au début des années 2000 en remportant un nombre considérable de courses à pied. «Et pourtant je ne m’y suis mis véritablement qu’à l’âge de 38 ans, en 1990, se rappelle-t-il. Faisant du vélo, mon frère Luc m’avait demandé d’être son équipier dans un run-bike. Et cela m’a donné envie de continuer.»

Les victoires se sont alors enchaînées pour le citoyen de Solre-Saint-Géry. Principalement dans le challenge Guérit, qu’il a remporté à trois reprises en toutes catégories, la dernière fois en 2004 (année durant laquelle il remportait trois manches), à 52 ans! «Je me souviens très bien de ma toute première victoire dans une course du Guérit, c’était lors de la Corrida de Chimay. Je la classe dans le top 3 de mes plus belles performances avec ma 3e place aux 20 km de La Louvière et ma toute dernière victoire dans une étape du challenge, à Robechies en 2007, à 55 ans.»

Sur 10 km, sa meilleure performance chronométrique fut 33.19, à 52 ans. «Ma plus grande force était mon mental peut être dû à l’éducation que j’ai reçue. En effet, pendant la course, quand j’étais fatigué, je me disais que mes adversaires l’étaient plus que moi.»

«Baudouin, je suis fier de toi»

Remporter autant de courses au scratch au-delà de 50 ans, ce n’est pas banal. «Mon état de forme et mes performances de l’époque restent des inconnues pour moi… Je peux difficilement les expliquer! Mais j’ai ensuite eu des blessures récurrentes aux pieds et j’ai finalement dû arrêter de courir il y a déjà dix ans. J’ai bien essayé à l’une ou l’autre reprise mais ce n’était vraiment plus possible. Je ne cours donc plus du tout. La compétition en tant que telle ne me manque pas vraiment. De toutes façons quand le physique ne suit plus cela ne sert à rien d’insister. Néanmoins je marche beaucoup en famille et avec des amis et je me suis remis depuis peu au vélo!»

Aujourd’hui Baudouin s’est trouvé de nouvelles passions. «Étant bricoleur, j’aime bien rendre service à des amis. Par ailleurs je suis bénévole dans plusieurs associations locales et suis président du centre sportif de Beaumont.»

Durant tant d’années à fréquenter les pelotons, Baudouin a amassé des tas de souvenirs. «Un de mes meilleurs est d’ordre familial: un anniversaire surprise avait été préparé pour fêter mes 50 ans et je courrais ce jour-là à Beaumont. Après la course mon frère Luc a beaucoup insisté pour faire une sorte de décrassage… Je ne comprenais pas trop pourquoi il insistait à ce point. En fait il ne voulait pas que j’arrive avant les invités! Je me souviens aussi des paroles d’un jeune garçon de dix ans, le fils de Pascal Hardy, qui m’a dit après un jogging «Baudouin je suis fier de toi!» Entendre ce genre de paroles vous touche forcément beaucoup.»