WATERMAEL-BOITSFORT

Un hôtel, un coworking, un resto et une piscine dans le bâtiment Royale Belge à Watermael-Boitsfort

Un hôtel, un coworking, un resto et une piscine dans le bâtiment Royale Belge à Watermael-Boitsfort

Le départ des employés du bancassureur Axa a laissé un vide dans la commune de Watermael-Boitsfort. ÉdA – Julien RENSONNET

On en sait désormais un peu plus sur le devenir de l’emblématique bâtiment cruciforme dit «Royale Belge»: l’ancien siège d’Axa à Watermael-Boitsfort accueillera coworking, hôtel et… piscine.

On sait désormais ce que deviendra l’ancien QG d’Axa à Watermael-Boitsfort. Après le départ du bancassureur de son siège historique du boulevard du Souverain, le devenir du bâtiment préoccupait en effet autant la commune que la Région bruxelloise.

C’est le Secrétaire d’état à l’Urbanisme Pascal Smet (one.brussels) qui annonce ce 15 décembre que l’emblématique bâtiment Royale Belge sera transformé pour accueillir une nouvelle affectation. Son cabinet nous confirme que s’y installeront un centre de coworking, un restaurant, une salle de conférences et un équipement sportif qui intégrera une piscine. Les modalités d’accès à cette dernière «doivent encore être déterminées». Les étages accueilleront quant à eux un hôtel.

Un hôtel, un coworking, un resto et une piscine dans le bâtiment Royale Belge à Watermael-Boitsfort
Le bâtiment cruciforme et son parc sont protégés. Belga

La demande de permis a été introduite le 9 décembre. D’après Smet, le dossier est le fruit d’un long travail de plus d’un an, qui intègre le bureau du bouwmeester bruxellois et urban.brussels. L’enquête publique démarera sous peu.

De quoi voir revivre l’emblématique construction moderne du duo d’architectes franco-belge Pierre Dufau et René Stapels, daté de 1965-1967. Pour l’inscrire durablement dans notre paysage urbanistique, les architectes se seraient inspirés d’un autre siège social: celui du fabricant de matériel agricole John Deere, dans l’Illinois aux USA, œuvre d’Eero Saarinen.

Dans le même élan, Smet annonce que la Région se penchera sur la mise à ciel ouvert de la Woluwe dans le secteur, en collaboration avec le Ministre de l’Environnement Alain Maron.

L’immeuble cruciforme et son parc sont protégés depuis mai 2019. L’ensemble n’est pas «classé» à strictement parler mais «inscrit sur la liste de sauvegarde» du patrimoine bruxellois. Un temps, le lieu a été dans le viseur de l’ambassade américaine qui, à l’étroit sur la Petite Ceinture, souhaitait s’y redéployer. Le projet a été abandonné en 2018 en raison de l’incompatibilité du site avec les exigences de sécurité états-uniennes: il aurait fallu démolir le bâtiment.

Notons qu’un autre chef-d’œuvre architectural belge a été sauvegardé dernièrement dans le quartier: il s’agit du bâtiment dit « CBR », siège social des Cimenteries Belges Réunies, sur la chaussée de La Hulpe. Lui aussi a d’ailleurs été réinvesti par un coworking.