BOXE – IXELLES

Ibrahima Diallo: «Comme mon père, je veux faire de grandes choses chez les pros»

Ibrahima Diallo: «Comme mon père, je veux faire de grandes choses chez les pros»

Après 65 combats chez les amateurs, Ibrahima Diallo passe chez les professionnels. F. Andrieu

À 22 ans, le fils de Bea Diallo, l’ancien champion intercontinental IBF, fera ses grands débuts chez les professionnels, ce samedi, lors d’un gala à huis clos organisé chez lui, à Ixelles.

Après 65 combats chez les amateurs, Ibrahima Diallo a décidé de faire le grand saut. Ce samedi, le jeune Bruxellois entamera sa carrière pro lors d’une soirée de gala qui aura lieu dans son club, à l’Emergence XL.

«Cela fait un moment que j’envisageais de passer sur le circuit professionnel, mais je ne voulais pas brûler les étapes. Dans mon esprit, cette année était surtout consacrée aux Jeux olympiques. Mais la pandémie a bouleversé mes plans, explique celui qui s’est retrouvé à l’arrêt du jour au lendemain. Aujourd’hui, si je veux garder le rythme, continuer à combattre et ne pas perdre le bénéfice des efforts que j’ai consentis jusqu’à présent, passer pro est la seule option envisageable.»

Bien qu’il fasse toujours des Jeux olympiques sa priorité – «Ça fait deux ans que j’en rêve et je compte bien me qualifier lors du tournoi mondial de Paris, qui est programmé en 2021» – Ibrahima Diallo ne cache pas son excitation à l’idée de faire ses débuts chez les pros.

«Un peu plus anxieux que d’habitude»

«J’ai hâte de combattre sur le circuit professionnel car je pense qu’il correspond mieux à ma boxe et à ma personnalité. Le côté «show», j’aime beaucoup», sourit celui que l’on surnomme «The Diamond» et qui avait déjà impressionné pas mal d’observateurs en 2019 lorsqu’il avait poussé le champion du monde Andy Cruz dans ses derniers retranchements. Et qui assure ne pas être «trop stressé» pour ses débuts. J’ai déjà acquis pas mal d’expérience avec mes 65 combats chez les amateurs: je pense donc être prêt pour ce samedi. Peut-être que je suis un tout petit plus anxieux que d’habitude, mais c’est uniquement parce que je veux absolument prouver que je peux être au niveau des attentes et de la confiance placées en moi. Pour le reste, je m’attends à un combat comme les autres…» Comme les autres sur le ring, mais sans doute un peu différent en dehors.

En effet, pandémie oblige, la soirée de gala de ce samedi se déroulera à huis clos. «Un peu dommage» pour le fils Diallo qui sera privé de ce public qu’il aime tant entendre: «J’aurais préféré que mes proches soient tous présents, mais ce n’est que partie remise.» C’est que l‘Ixellois a de grandes ambitions.

«Si je me lance dans la boxe professionnelle, ce n’est pas juste pour un ou deux combats. Je veux m’imposer sur ce circuit d’ici quelques années, assure le jeune homme dont l’ombre du père, ancien champion intercontinental IBF, plane toujours au-dessus de la tête. Mon papa a fait de grandes choses: j’en suis fier et ça me motive à faire aussi bien. Et – qui sait? – peut-être même que je peux aller plus loin encore et écrire un nouveau chapitre familial.»

Une soirée de gala disponible en ligne

Ibrahima Diallo: «Comme mon père, je veux faire de grandes choses chez les pros»
Untouchable
Plutôt courageuse en ces temps compliqués, l’initiative des organisateurs du gala a non seulement pour but de permettre aux boxeurs bruxellois de garder le rythme mais pas seulement...

En effet, Untouchable Brussels Promotion espère aussi toucher un nouveau public grâce à la diffusion d’un streaming en ligne. Histoire de populariser un peu plus encore la boxe belge et médiatiser, par la même occasion, ses représentants, comme Ibrahima Diallo, Anas Messaoudi ou encore Mohamed El Marcouchi.

En effet, l’ensemble des combat seront disponibles en direct, dès 15h00, sur le réseau social Facebook.

La soirée se terminera aux alentours de 21h00.

Tous les renseignements sur le gala de ce 19 décembre via www.eventbrite.be

Nos dernières videos