À L’HEURE LOCALE

Un prix juste pour ceux qui nous nourrissent

Un prix juste pour ceux qui nous nourrissent

Depuis 2019, Dominique et Henri Van Parijs apposent le label «Prix Juste Producteur» sur leurs boîtes d’œufs «L’Œuf du Pré Maca». C.VB

Les producteurs d’aujourd’hui sont de plus en plus nombreux à réinventer leur démarche commerciale. Investissements, vente directe, moins d’intermédiaires… Mais à quel prix?

En collaboration avec l’Apaq-W

Depuis 2019, Dominique et Henri Van Parijs produisent des œufs labellisés «Prix Juste Producteur». À l’achat de leur premier poulailler mobile, il était évident pour le couple d’agriculteurs de reprendre le pouvoir sur leur rémunération dans une dynamique cohérente. Après des années de difficultés à vendre le lait de leurs vaches à des négociants qui cassaient les prix, il fallait chercher un autre modèle.

Ce modèle, Dominique et Henri l’ont trouvé en Allemagne, chez un fabricant de poulaillers mobiles, un concept unique. En proposant leurs œufs frais en vente directe 24h/24 depuis chez eux, le couple a pu retrouver du sens en ce qu’il faisait.

Un prix juste pour ceux qui nous nourrissent
C.VB
Pour retrouver aussi un équilibre financier nécessaire à la survie de l’exploitation, Dominique et Henri ont pu faire apposer le label «Prix Juste Producteur» qui garantit au consommateur un prix qui couvre les coûts de production et qui assure une juste rémunération aux producteurs.

Car la difficulté avec ce nouveau mode de production, c’était de faire reconnaître la valeur ajoutée du produit. «Ces poulaillers mobiles, c’est de l’investissement dans la qualité. Une poule nourrie aux graines de lin et bénéficiant d’une nouvelle herbe chaque semaine produit des œufs uniques.»

Une garantie pour le consommateur

Ce label, c’est une manière pour Dominique Van Parijs de valoriser tout le travail produit, mais aussi de certifier le prix de la qualité.

Dominique et Henri ont disposé un frigo à l’entrée de la ferme, et une caisse à côté. Trois euros pour la boîte de dix petits œufs, quatre pour les œufs moyens et cinq pour les gros. Ces prix ont été fixés avec le Collège des producteurs en fonction d’un cahier des charges strict.

Ce n’est pas un prix pondu au saut du lit un petit matin, c’est la valeur réelle de notre travail

Les membres du Collège sont venus constater tous les coûts de production du couple avant d’établir un prix de vente qui leur garantisse une rémunération correcte. «Ce n’est pas un prix pondu au saut du lit un petit matin, c’est la valeur réelle de notre produit.» Dominique et Henri ont ainsi pu reprendre le pouvoir sur toute la chaîne de production, de la récolte à la vente.

Depuis, c’est l’explosion, les agriculteurs sont victimes de leur succès. Le frigo en self-service s’est souvent retrouvé vide, et la caisse à côté, pleine à craquer. Le deuxième poulailler est arrivé en février, et le troisième est déjà commandé.

Soutenir l’économie locale et durable

Un prix juste pour ceux qui nous nourrissent
Image d’illustration Collège des Producteurs
Pour Bernard Mayné, responsable du label Prix Juste Producteur, la démarche se justifie d’abord parce que le secteur manque cruellement de valorisation. «On considère que 3500 producteurs partiront bientôt à la retraite. Quels jeunes vont reprendre tout ça? Et dans quelles conditions?» Une juste rémunération du métier pourrait être une motivation suffisante pour amener davantage de jeunes à produire notre alimentation de demain.

Le responsable du label observe aussi un retour croissant à une alimentation plus locale et durable opéré par le consommateur. «Le grand public se tourne à nouveau vers des produits de chez nous, mais à quel prix?».

La réponse n’est pas simple, d’autant plus que les produits internationaux disponibles dans nos supermarchés ne sont pas toujours commercialisés selon les mêmes règles que les produits d’ici. «Les prix du marché mondial n’ont aucun lien avec les réalités dans lesquelles nos producteurs travaillent en Wallonie. Il est donc essentiel de créer des outils pour leur permettre de reprendre une place centrale dans la démarche commerciale.» Dans ce contexte, le label Prix Juste Producteur s’impose comme une solution pour valoriser le producteur, son produit et sa démarche.

Le nouveau producteur-vendeur

Un prix juste pour ceux qui nous nourrissent
C.VB
Dominique Van Parijs avait la fibre commerciale, mais elle ne l’exploitait pas. En 2019, l’agricultrice questionne la nécessité des intermédiaires pour vendre ses «Œufs du Pré Maca», à Wavre.

Aujourd’hui, il est évident que son nouveau modèle de vente directe a fait ses preuves. «Nous avons recréé un contact avec les clients, on connaît les gens qui mangent nos œufs et leurs retours sont gratifiants. »

Un prix juste pour tous

Si ces retours sont si gratifiants, c’est parce que les clients de Dominique constatent la qualité des produits qu’ils achètent à un prix justifié, une tendance générale observée également au Collège des Producteurs. «Fin 2016, plus de 1.000 consommateurs ont été interrogés sur leur sensibilité à une rémunération équitable des producteurs. Environ 60% ont affirmé que s’ils savaient quels produits permettaient une rémunération plus juste des producteurs, ils prendraient ceux-là.»

Boulangers, bouchers, brasseurs… Tous les producteurs de notre région, et pas seulement les agriculteurs, peuvent bénéficier du label «Prix Juste Producteur».

Pour garantir un prix juste qui couvre tous les frais de production et une rémunération correcte, le Collège des Producteurs impose une quinzaine de conditions aux producteurs labellisés, telles que la qualité du produit, l’indépendance du producteur ou encore une étude précise de tous ses coûts.

 


Nos dernières videos