LIGUE DES CHAMPIONS

PHOTOS | PSG-Basaksehir: genoux à terre et poings levés avant la reprise du match

Mardi, le match de groupe de Ligue des champions entre le PSG et le champion de Turquie a été interrompu après moins d’un quart d’heure de jeu, l’entraîneur adjoint du Basaksehir Pierre Achille Webo étant furieux d’avoir été désigné comme «un noir» par un arbitre assistant.

Les joueurs du Paris SG et du Basaksehir Istanbul et les nouveaux arbitres désignés, emmenés par le Néerlandais Danny Makkelie, ont posé un genou à terre avant la reprise de leur match en Ligue des champions, mercredi au lendemain de l’interruption de leur rencontre après des accusations de racisme envers le corps arbitral. Pierre Achille Webo, l’entraîneur-adjoint du club turc, victime mardi de l’insulte raciste, était présent sur le banc, sa carte rouge reçue mardi ayant été suspendue le temps de l’enquête de l’UEFA.

Après s’être échauffés avec un T-shirt blanc orné du logo des deux clubs et du slogan «Non au racisme», les joueurs des deux équipes et les arbitres se sont, comme prévu, réunis autour du rond central, alors que l’écran du Parc des Princes affichait le slogan de l’UEFA «No to racism/Respect».

En référence à «Black Lives Matter»

Tous ont posé un genou à terre, un geste devenu un symbole, aux États-Unis puis dans le monde, du mouvement «Black Lives Matter» contre le racisme et les violences policières.

La plupart, dont les superstars Kylian Mbappé et Neymar, ont également levé le poing et pour certains baissé la tête.

Mardi, le match de groupes de Ligue des champions entre le PSG et le champion de Turquie a été interrompu après moins d’un quart d’heure de jeu, l’entraîneur adjoint du Basaksehir Pierre Achille Webo furieux d’avoir été désigné comme «un noir» par un arbitre assistant. Les joueurs des deux équipes ont ensuite quitté le terrain.

L’incident, qui a levé un élan général contre le racisme dans le monde du football, a poussé l’UEFA à reporter au lendemain les 76 minutes restantes de la rencontre, dont les quatre arbitres ont été remplacés.

Les tribunes du Parc des Princes, à huis clos, ont été garnies de banderoles contre le racisme. Dans la tribune Paris, deux banderoles officielles aux logos des deux clubs proclament, en français et en anglais, «Non au racisme».