MOUSCRON

Mouscron: un hélicoptère médical s’est posé devant le château des Comtes

Mouscron: un hélicoptère médical s’est posé devant le château des Comtes

L’hélicoptère flamand s’est posé dans l’herbe, ce vendredi midi. EdA

C’est un partenariat avec le service de néonatalité de l’hôpital de Bruges qui explique la manœuvre de ce vendredi midi.

Ce vendredi midi, un hélicoptère médical en provenance de l’hôpital de Bruges s’est posé dans l’herbe devant le château des Comtes.

Mouscron: un hélicoptère médical s’est posé devant le château des Comtes
L’atterrissage/décollage n’a pas duré plus de cinq minutes. EdA
Un atterrissage/décollage plié en cinq minutes chrono parfaitement encadré par du personnel du CHM formé à ces moments rares.

Le site a été brièvement bloqué par du ruban balise et l’un des membres du personnel avait tracté un imposant extincteur à roulettes jusqu’à l’espace vert.

«Y déposer une équipe médicale en provenance de Bruges»

«La raison principale à la rare venue des hélicoptères chez nous est liée aux accouchements. Ce fut le cas ici.

Nous avons un partenariat avec l’hôpital de Bruges, en particulier une convention établie avec le service de néonatalité», indique Laurence Deceuninck, la porte-parole du CHM.

Un accouchement préoccupant explique donc cette venue.

«L’hélicoptère amène une équipe médicale pour prendre le patient stabilisé en charge et l’emmener vers l’hôpital de Bruges qui est une référence en la matière lorsque nous ne savons pas gérer le problème de santé.»

L’héliport de Mouscron n’est plus agréé... et il ne le sera plus

Le Centre Hospitalier de Mouscron dispose d’un héliport. Alors pourquoi l’hélicoptère est-il allé se poser à 250 mètres de là?

«Les normes comme la distance avec certains bâtiments et leur hauteur ont changé. Notre héliport n’est donc plus agréé», résume Mme Deceuninck.

Le CHM ne compte pas demander un nouvel agrément

«Le directeur du CHM, M. Lefebvre, n’envisage pas de solliciter un nouvel agrément pour disposer d’un héliport puisque nous n’accueillons que très peu d’hélicoptères et que l’espace où il s’est posé aujourd’hui est propice à ces manœuvres. C’est désormais la nouvelle zone.»