DINANT

PHOTOS| Un Dinant tout en Lego, brique par brique, fait sensation

En trois week-ends confinés, Ben Vijle, un Gantois, a recréé la Ville de Sax à partir de broc et de briques de Lego.

«Si ma passion pour les Lego date de bien avant le confinement, quand vous n’avez plus rien d’autre à faire durant les week-ends, les projets avancent beaucoup plus vite.» À 32 ans, Ben Vijle a donc profité de la période Covid à la maison pour retomber sous le charme de la fille de Meuse.

« Cela fait longtemps que je n’y suis plus retourné. La première fois que j’ai visité Dinant, j’étais enfant. J’avais été très impressionné par cette citadelle plantée en haut des rochers. Cette vue est gravée pour toujours dans ma mémoire. En faisant des recherches, j’ai redécouvert cette ville. Quand le confinement sera fini, je veux absolument la revisiter! »

En attendant, c’est à distance que ce créatif est reparti à Dinant. Tout en étant à un jet de briques de jeu. «C’était mon jouet favori quand j’étais enfant. Mais, c’est fin 2017, à Londres avec des amis, que nous sommes entrés dans un Lego Store et que j’ai acheté mon premier set en tant qu’adulte. J’ai commencé à les collectionner, surtout la série Architecture. Aujourd’hui, je me concentre sur les briques intéressantes pour mes projets. Le résultat? 130 000 pièces, au dernier recensement.»… et de quoi reconstituer des mini-cités.

 

 

«Mon idée initiale était de reconstruire le centre-ville de Gand, ma ville, mais c’était plus facile à dire qu’à faire. Quelle échelle choisir? Comment commencer ce projet énorme? Comme j’avais un jour acheté pas mal de pièces orange, parfaites pour représenter les petits toits d’une ville méditerranéenne, je me suis lancé sur Dubrovnik, pas trop compliqué.

 

 

Mais ayant nommé ma page Instagram Belgianbricks, il fallait vraiment que je fasse une ville belge maintenant! Dinant me semblait être un excellent défi, surtout avec les rochers. Je n’aurais jamais osé croire que je pouvais la construire seulement en trois week-ends. »

La main marine

Le Gantois a tout calculé pour ne pas se casser les dents sur la célèbre couque. Pour se lancer dans l’exercice, il faut avoir le sens de la précision. «Créer un modèle à cette échelle avec un maximum de détails et un nombre limité de blocs, ce n’est pas toujours évident. Mais c’est ce défi que j’aime. Il s’agit de réfléchir: quel élément utiliser pour avoir le meilleur effet?»

PHOTOS| Un Dinant tout en Lego, brique par brique, fait sensation
Partagée sur les comptes officiels de Lego sur les réseaux sociaux, cette (re)création précise a fait sensation, auprès des Copères mais aussi plus largement. Belgianbricks

Quitte à faire preuve d’originalité et à donner une autre utilité à certaines pièces. «Pour mon Dinant, j’ai ainsi utilisé des épaulettes et les mains d’une figurine pour créer un bateau. Ce sont les petits détails qui font la différence pour moi. Quelqu’un qui n’a jamais été à Dinant peut dire que c’est une belle miniature. Mais quand des gens reconnaissent les escaliers de la citadelle, le téléphérique, les saxophones sur la place Victor Collard ou les bateaux sans permis, je sais que j’ai réussi. »

Le mini-architecte en a eu une preuve inattendue. Le partage de sa (re)création sur son compte Instagram a séduit la page officielle de Lego qui ne s’est pas fait prier pour repartager l’œuvre. Dans un concert de louanges, normal pour la ville de Sax. De quoi encourager le bâtisseur: «la première partie du projet mini-Gand sera prête avant le fin de l’année. D’autres suivront sûrement. »

Et quitte à parler de miniatures, l’hypothétique arrivée de Mini-Europe à Dinant a de quoi séduire ce maçon du plastique. «Justement, quand il était encore ouvert, j’avais lu un reportage sur Mini-Europe. Ça m’avait donné envie de le visiter. Malheureusement, je n’ai pas pu m’y rendre à cause du confinement. Si Mini-Europe ouvre ses portes à Dinant, j’y serai, c’est sûr!»

Travail à suivre sur: instagram.com/belgianbricks ou fb.com/belgianbricks

Nos dernières videos