PROVINCE DE NAMUR

Un van pour la Petite Goutte, en route vers davantage d’humanité

Un van pour la Petite Goutte, en route vers davantage d’humanité

L’équipe de bénévoles: Gérard Riboux, Jean-Claude Mantez et Michel Mathy. ÉdA – 501075699808

Des bénévoles souhaitent acquérir un van afin de partir à la rencontre de ceux qui ont tout perdu. Leur projet: «Une petite goutte».

Prendre une douche, utiliser une machine à laver, faire ses courses ou encore pouvoir se poser pour lire ou discuter: des gestes anodins auxquels certaines personnes n’ont plus accès. Si des aides existent, elles ne sont toutefois pas automatiquement acquises. Ainsi en va-t-il aussi des structures qui s’implantent au cœur des grandes villes, laissant les personnes isolées (tant socialement que géographiquement) le long de la route. C’est pour ces personnes que des bénévoles ont décidé de se mobiliser dans un projet de solidarité mobile: Une petite goutte.

C’est dans les locaux de l’ASBL VIVReS (Valorisation Intelligente de Vivres Récoltés et Surplus), à proximité de la cité Germinal que l’on retrouve une partie de l’équipe. Chacun a une solide connaissance de terrain comme Jean-Claude Mantez, ancien président d’Une main tendue. «VIVReS, c’est une plateforme logistique d’aide alimentaire qui récolte auprès des producteurs, des grossistes, des grandes surfaces, explique-t-il. Nous redistribuons à 32 associations, soit 8 000 bénéficiaires par mois.»

Un service «cinq en un»

Selon l’équipe, les chiffres sont loin d’être exhaustifs. «On n’en connaît pas la moitié. Dans certaines communes, comme Hastière, Dinant ou Fosses, il n’y a pas les facilités existantes à Namur.» D’où l’idée d’aménager un camion afin d’offrir ce qu’ils nomment un «cinq en un», soit une douche, un coin papote, des actions ponctuelles (écrivain public, infirmière de rue, couturière, etc.), une laverie et une épicerie sociale. De quoi pallier l’absence d’aides de proximité dans des villages ou des zones d’habitats permanents.

C’est ainsi qu’Une petite goutte est née. «La demande existe, commente Christine Cheron. Pour l’heure, plusieurs CPAS en province de Namur (on cite Dinant, Assesse Hastière, Houyet, Hamois, Ciney, Somme-Leuze et Havelange) ont marqué leur intérêt. Par ailleurs, le GAL (Groupe d’Action Locale) Condroz-Famenne s’est proposé pour prêter 4 jours/semaine, son véhicule équipé en épicerie sociale.» «Reste» l’achat du véhicule et son aménagement pour lesquels 20 000€ sont nécessaires.

Retenue par la Fondation Roi Baudouin dans le cadre d’un appel à projets, la Petite goutte permet aux donateurs de bénéficier d’une déduction de 60% des impôts. Dans l’équipe, on ose espérer que ce projet qui, aujourd’hui plus qu’hier, a toutes les raisons d’exister, puisse prendre la route.

Offres et publics multiples

L’idée n’est pas neuve. L’Australie a déjà concrétisé ce type de projet de longue date. Plus près de chez nous, à Bruxelles, l’ASBL Rolling Douche a démarré ses premières tournées en 2017 auprès des SDF. À Namur, l’offre se veut multiple. «Le but ultime est de réinsérer les personnes, de les resociabiliser», souligne Michel Mathy, bénévole. Chaque service devient ainsi une manière de reprendre pied dans une société dans laquelle elles ne sont plus reconnues.

Le camion avec douche existe. Il est dans l’attente de donateurs. Reste l’aménagement du lavoir (2 machines à laver et 2 séchoirs industriels) ou encore d’un petit coin plus intime dédié à des démarches spécifiques (qu’elles soient liées à l’administratif, à la santé ou simplement aux loisirs). Et sur ce point, Une petite goutte a déjà pris contact avec l’ITN, tout proche des locaux de VIVReS.

Là, des étudiants pourront mettre à profit leur apprentissage dans des travaux de plomberie, de menuiserie ou encore de carrosserie. Une façon aussi de valoriser des savoir-faire et de contribuer à cette nécessité d’entraide. Dans l’équipe, les témoignages ne manquent pas. Concrétiser ce projet, ne serait pas uniquement pour les sans-abri. «Les mères célibataires, les personnes âgées, les sans-emploi mais aussi des étudiants. Ils sont de plus en plus nombreux à se retrouver sans logement suite à la perte de leur job et à loger sous tente ou dans des garages.» Et c’est pour eux aussi que cette petite goutte doit exister.

Appel aux donateurs

Le prix de 20 000€ couvre en fait l’achat du véhicule et son aménagement. Des paramètres comme les assurances, la taxe de circulation, l’essence, etc. font partie d’une autre enveloppe. La première étape reste l’acquisition du véhicule.

Pour ce faire, le don (déductible à 60% dès 40€) peut se faire via le compte en banque du projet Une petite goutte (bénéficiaire: 36 456) avec la mention 128/3167/00075. Renseignements: 0486 13 46 59; michelmathy.balastra@gmail.com ou sur Facebook