BRUXELLES

La police jette le froid dans la «lockdown partouze» des diplomates

La police jette le froid dans la «lockdown partouze» des diplomates

L’évasion du député européen Joszef Szajer par la gouttière de cet immeuble fait grand bruit en Hongrie, son pays d’origine. BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

Une vingtaine de personnes ont été surprises dans une soirée de «débauche sexuelle» au centre de Bruxelles. Des diplomates en étaient. Tout le monde a été verbalisé pour non-respect des mesures Covid.

MISE À JOUR 02/12 - 12h05: nous indiquions ce 1er décembre par erreur que la soirée s’était déroulée au carrefour de la rue des Pierres et de la rue Marché au Charbon. Il s’avère que les faits se sont bel et bien produits dans la rue des Pierres, mais au carrefour avec le boulevard Anspach, au coin du piétonnier

«Une vingtaine de personnes ont été verbalisées pour non-respect des mesures sanitaires à la suite d’une soirée organisée vendredi soir, au 1er étage d’un immeuble au centre-ville de Bruxelles», a déclaré mardi Sarah Durant, porte-parole du parquet de Bruxelles, confirmant une information de la Dernière Heure. Selon le quotidien, il s’agissait d’une partouze, à laquelle participaient notamment des diplomates et un député européen. Le parquet a indiqué ne pas souhaiter faire de commentaires sur les circonstances de la soirée et sur les personnes présentes.

La police a fait irruption, vendredi soir, dans un endroit situé au-dessus d’un bar, rue des Pierres à Bruxelles, où se déroulait une fête avec alcool et stupéfiants mais aussi une partie de débauche sexuelle réunissant plusieurs personnes, selon la DH.

Lorsque les policiers ont surgi, plusieurs participants étaient dénudés. Un des fêtards a tenté de prendre la fuite en passant par une corniche, mais il s’est retrouvé en fâcheuse posture et s’est blessé. Ce fuyard n’était pas un citoyen lambda, précise le quotidien, puisqu’il s’agissait d’un député européen étranger. Ce dernier a fait valoir son immunité parlementaire, engendrant l’intervention, en pleine nuit, du ministère belge des Affaires étrangères.

Toutes les personnes présentes ont été verbalisées pour non-respect des mesures sanitaires et relaxées ensuite.