JOGGING

Du neuf pour le challenge de Hainaut

Du neuf pour le challenge de Hainaut

ÉdA – 501072416358

Yvon Doyen passe le flambeau à Kevin Ataty. Le nombre de courses devrait diminuer et les épreuves mettant en valeur le patrimoine seront privilégiées.

Yvon Doyen l’avait annoncé il y a plus d’un an: 2020 était sa dernière année en tant qu’administrateur du très populaire challenge de la province de Hainaut. Cette année perturbée (seules quatre manches ont peu lieu) ne l’aura pas fait changer d’avis. Son successeur a donc été désigné: il s’agit de Kevin Ataty. «Lorsqu’Yvon m’a fait la proposition d’assurer la relève, je n’y ai pas vraiment cru au départ, raconte Kevin. Puis, petit à petit, l’idée a fait du chemin. Néanmoins, j’ai posé plusieurs conditions et notamment celle de réduire drastiquement le nombre de courses. Plus de quarante, comme c’est le cas depuis quelques années, c’est beaucoup trop! Je voulais éviter un divorce ou de devoir prendre une retraite anticipée!»

Kevin a obtenu carte blanche. «Plus sérieusement, l’idée, pour le futur, est de principalement privilégier les courses qui mettent en valeur le patrimoine de notre province et celles qui sont organisées par des clubs de joggings. J’aimerais mettre en place un comité de délégués de coureurs et des activités qui font du challenge un rendez-vous familial par excellence. Je voudrais que chaque course soit une fête pour les runners mais aussi pour les accompagnants qui sont tout aussi nombreux, si pas plus!»

La transition se fera en douceur, Yvon comptant accompagner Kevin durant les premiers mois de l’année, vraisemblablement jusqu’en mars. Le nouvel administrateur prendra les rênes ensuite, avec une équipe autour de lui, dont Maxime Doyen le fils d’Yvon, qui s’occupera toujours de l’informatique. «Je vois les choses globalement de la même manière qu’Yvon. L’accent sera toujours mis sur la sécurité et la qualité de l’accueil.»

Une manche en moins

2021 sera une année de transition. Le calendrier est quasi inchangé par rapport à celui de cette année, seul celui de Carnières étant annulé. Il devrait donc a priori comporter 41 étapes. «Il ne faut pas se voiler la face, les premiers mois seront compliqués. J’espère un retour à la normale en été. Toutefois l’incertitude est encore trop grande pour se positionner clairement. Nous devrions y voir plus clair après le printemps même si cela ne nous empêchera pas de penser à des plans B et C. Des épreuves pourraient ainsi avoir lieu hors challenge mais avec notre soutien.»

Les premières manches, dont celle du 24 janvier à Binche (première étape), pourraient ainsi se dérouler «autrement». «Mais le challenge ne débutera vraiment que lorsque les départs groupés seront à nouveau autorisés. Les courses virtuelles ou avec départs différés ne sont pas dans l’esprit du challenge.»

À noter que tous les inscrits du challenge 2020 le seront automatiquement pour l’édition 2021.