FORMULE 1

Grosjean: «Sans halo je ne serais plus ici pour vous parler»

Grosjean: «Sans halo je ne serais plus ici pour vous parler»

Capture Twitter Haas

Le pilote Français Romain Grosjean (Haas), victime d’un effroyable accident lors du GP de F1 de Bahreïn dimanche, assure qu’il va «plus ou moins bien» et estime que le halo installé depuis 2018 au-dessus du cockpit des F1 l’a sauvé.

«Ça va… enfin plus ou moins!», dit le pilote de 34 ans, souriant, dans une vidéo sur son lit d’hôpital postée sur Instagram où on voit ses mains brûlées recouvertes de bandages.

 

 

«Je n’étais pas favorable au halo (un arceau dont le rôle est de protéger la tête des pilotes qui a rencontré beaucoup de critiques à ses débuts, NDLR) il y a quelques années mais je ne serais pas là pour vous parler aujourd’hui sans cela», poursuit Grosjean, qui remercie «tout le staff médical du circuit de Sakhir et de l’hôpital» dans lequel il a été admis à Bahreïn.

Une enquête sera réalisée sur cet accident mais il apparaît en effet déjà que le halo a probablement permis d’éviter qu’il soit blessé à la tête quand sa voiture s’est encastrée sous les barrières de sécurité.

 

 

Sa Haas a quitté la piste à cause d’un accrochage juste après le départ de la course, a été coupée en deux et a pris feu après avoir heurté à 220 km/h les barrières de sécurité à la sortie du virage 3.

Après des minutes qui ont semblé des heures, les caméras de télévision ont montré le Franco-Suisse s’extraire seul de la «cellule de survie» (l’habitacle renforcé) de sa F1 et s’éloigner du brasier en tremblant, aidé par le pilote de la voiture médicale des GP.

«Qu’il ait survécu est franchement un miracle», témoigne notamment son équipier danois Kevin Magnussen.