ÉTATS-UNIS

Présidentielle: Donald Trump affirme qu’il ne «changera pas d’avis» sur ses accusations de fraude

Présidentielle: Donald Trump affirme qu’il ne «changera pas d’avis» sur ses accusations de fraude

Donald Trump «ne changera pas d’avis» sur l’élection présidentielle qu’il a perdue. Photo News

Donald Trump a affirmé ce dimanche qu’il ne «changera pas d’avis» sur ses accusations sans preuve de fraude électorale, lors de sa première interview télévisée depuis le scrutin présidentiel remporté par Joe Biden.

«Ce n’est pas comme si quelqu’un pouvait me faire changer d’avis. Je n’aurai pas changé d’avis dans six mois», a déclaré le président américain sortant sur Fox News.

«Cette élection était truquée», il a affirmé sans apporter de preuve. «Nous avons largement gagné».

Pour sa première intervention à la télévision depuis le scrutin du 3 novembre, M. Trump a répété pendant 45 minutes ses accusations de fraudes électorales massives qui lui auraient coûté sa réélection.

Malgré les accusations répétées du milliardaire américain, ses avocats ont subi une vingtaine de défaites judiciaires dans tout le pays, la dernière en Pennsylvanie où la Cour suprême de l’État a rejeté hier samedi une nouvelle plainte de son équipe de campagne, réduisant ainsi presque à néant la possibilité d’une modification des résultats.

La plainte déposée par les républicains réclamait soit l’invalidation des votes par la poste, soit l’annulation de l’ensemble du vote pour laisser aux législateurs de l’État le choix de décider du vainqueur.

Ce qui n’a pas semblé ébranler Donald Trump. «Nous essayons de présenter des preuves, mais les juges ne nous le permettent pas», a-t-il dit. «Nous essayons. On a des tonnes de preuves».

Il faut que la Cour suprême examine notre cas. Il faut que quelque chose lui parvienne. Sinon, c’est quoi la Cour suprême?

Ignorant l’indépendance de la justice, le président américain s’est plaint de ne pas recevoir le soutien du ministère de la Justice et du FBI.

Ils sont «portés disparus», a-t-il regretté, s’interrogeant sur l’utilité de la Cour suprême si elle n’intervient pas en sa faveur. «Il faut que la Cour suprême examine notre cas. Il faut que quelque chose lui parvienne. Sinon, c’est quoi la Cour suprême?».

Le résultat du scrutin 2020 n’a pourtant pas été serré. Le démocrate Joe Biden l’a nettement emporté avec 306 grands électeurs contre 232 pour Donald Trump. Il en faut 270 pour gagner la présidentielle américaine.

Traditionnellement, le candidat battu reconnaît sa défaite presque immédiatement ce que Donald Trump n’a toujours pas accepté de faire, un refus sans précédent dans l’histoire politique américaine.

Mais même si Donald Trump ne reconnaît jamais sa défaite, il est quasiment assuré que le collège électoral confirmera la victoire de Joe Biden le 14 décembre et que le nouveau président démocrate prendra ses fonctions le 20 janvier 2021.

Pourtant, le président sortant a refusé de fixer une limite à ses actions en justice pour inverser le résultat de l’élection. «Je ne donnerai pas de date», a-t-il dit. Voit-il encore une possibilité de gagner? «J’espère», a-t-il affirmé.