POLITIQUE

Personnel infirmier: la prime de 985€ ne sera pas nette

Personnel infirmier: la prime de 985€ ne sera pas nette

Maxime Prévot (cdH) a réclamé au ministre des Finances qu’il défiscalise la prime d’encouragement accordée au personnel infirmier. Photo News

Le cdH a réclamé une défiscalisation de la prime de 985€ accordée au personnel infirmier, en vain. Le montant restera brut, pour des raisons juridiques, a justifié le ministre des Finances.

Le cdH s’insurge depuis plusieurs jours du fait que la prime d’encouragement de 985€ accordée au personnel infirmier ne soit pas défiscalisée. Le député fédéral Maxime Prévot a interpellé le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V), ce jeudi en séance plénière de la Chambre. «Le gouvernement reprend d’une main ce qu’il donne de l’autre», a lancé le député humaniste. «Il ne restera dans leur poche qu’un peu plus de la moitié» de la prime.

Cette prime d’encouragement sera versée au personnel infirmier avant le 31 décembre, comme annoncé voici une douzaine de jours par le gouvernement. Elle s’ajoute à «une prime de solidarité de 300 euros exonérée d’impôts et de cotisations ONSS», a rappelé le ministre des Finances.

Sécurité juridique

La prime d’encouragement, pour laquelle un budget de 200 millions d’euros a été alloué, restera par contre brute. «C’est une décision prise d’un commun accord», a indiqué Vincent Van Peteghem. «Nous ne voulons pas créer de discriminations avec les salariés des autres secteurs qui ont continué à travailler pendant le confinement. Et cette façon de travailler garantit que la prime est inattaquable sur le plan juridique.»

Par ailleurs, des discussions sont en cours pour que les infirmiers indépendants à domicile, pas concernés, puissent aussi recevoir la prime.

«Quelle drôle de logique», a répondu Maxime Prévot, qui entend l’argument juridique, mais déplore que l’on restreigne la prime aux infirmiers plutôt que «d’élargir les secteurs pouvant bénéficier de primes similaires et qui mériteraient aussi d’être récompensés».