SAMBREVILLE

Forte hausse de la demande pour des colis alimentaires depuis avril

La ministre de l’Intégration sociale en charge de la Lutte contre la pauvreté, Karine Lalieux, a effectué une visite de terrain à Sambreville (province de Namur) mardi dans le cadre des actions menées en matière d’aide alimentaire.

A Sambreville, le Plan de Cohésion Sociale a repris en avril la distribution des vivres qui était effectuée avant la crise sanitaire par plusieurs associations dont les Restos du coeur.

«Les besoins sont exponentiels. On est passé de 65 demandes au printemps à plus de 475 aujourd’hui», précise Fabian Martin, responsable du service de la Cohésion Sociale à Sambreville.

Le local initial s’est révélé trop exigu et c’est aujourd’hui dans une ancienne maison de repos et de soins que les colis alimentaires sont préparés par des agents communaux et des bénévoles. «Chaque semaine, les colis sont confectionnés le matin et livrés l’après-midi aux 450 bénéficiaires de la commune et au-delà», indique M. Martin. Auparavant, les bénéficiaires venaient rechercher leurs colis alimentaires eux-même. Les livraisons ont été mises en place pour éviter les files dans le contexte de la crise sanitaire.

«Certains ménages avaient déjà beaucoup de difficultés à boucler le mois. Mais avec les revenus en baisse pour certains et l’augmentation du prix des courses de première nécessité, ils sont de plus en plus nombreux à avoir le frigo et les armoires vides avant la fin du mois», observe Nathalie Salingros, qui coordonne l’opération pour le PCS.

La ministre Karine Lalieux a également visité, avec le bourgmestre Jean-Charles Luperto, l’épicerie sociale, qui est ouverte tous les jours pour tous les usagers du CPAS de Sambreville. Le site comprend également une ressourcerie.

Le gouvernement fédéral a accordé fin octobre deux subsides exceptionnels au bénéfice des acteurs de l’aide alimentaire et des CPAS pour un montant total de 7 millions d’euros.