VISÉ

La bourgmestre de Visé demande une réouverture des commerces avant le 1er décembre, pour éviter une ruée vers les Pays-Bas et l’Allemagne

La bourgmestre de Visé demande une réouverture des commerces avant le 1er  décembre, pour éviter une ruée vers les Pays-Bas et l’Allemagne

La bourgmestre de Visé a décidé d’interpeller le ministre David Clarinval. ÉdA Hermann

«Les commerçants visétois regardent, impuissants, leur clientèle se ruer actuellement vers Maastricht pour les achats de Noël», s’insurge la bourgmestre de Visé qui a décidé d’interpeller le ministre Clarinval.

«Une situation invivable et catastrophique» pour les commerçants de Visé, commune frontalière avec l’Allemagne ou encore les pays. C’est en ces termes que la bourgmestre de Visé, Viviane Dessart, ne mâche pas ses mots dans le Visé Magazine de ce mercredi.

«Alors que la réouverture des commerces n’est pas prévue – jusqu’à présent – avant le 14 décembre, la France et les Pays-Bas ont décidé d’autoriser la réouverture des magasins», s’insurge la bourgmestre qui a souhaité alerter le ministre des Classes Moyennes, des Indépendants et des PME David Clarinval en demandant une réouverture des commerces au 1er décembre.

À deux jours d’un nouveau comité de concertation, Viviane Dessart a donc attiré l’attention des autorités sur la proximité de sa ville frontière de Visé avec les Pays-Bas et l’Allemagne, principalement Maastricht, Eijsden et Aix-la-Chapelle.

«Nombre de nos concitoyens se rendent régulièrement de l’autre côté de la frontière afin d’y réaliser leurs achats», écrit-elle. Les fêtes de la Saint-Nicolas et de Noël approchant à grands pas, il est urgent de se prononcer sur la réouverture de nos commerces. Hier encore, les médias télévisés faisaient état d’une présence massive de Belges en quête de leurs cadeaux de Noël à Maastricht. Ce matin, c’est la presse écrite qui relaye une augmentation du chiffre d’affaire chez nos voisins de l’ordre de 30 à 40%. Au fil des jours, nous assistons impuissants à la mort de l’ensemble de nos commerces de proximité au profit d’un tourisme commercial respectant au minimum les mesures sanitaires imposées.»

Selon une enquête menée par l’UCM auprès de 1000 commerçants indépendants, près de 87% d’entre eux craignent pour la pérennité de leur activité, relève la bourgmestre.

«Il est de notre devoir de prendre action immédiatement et de rendre le sourire à nos commerçants. Faisons de ce prochain Conseil National de Sécurité un message d’espoir à l’attention de ces gens qui, depuis des mois, luttent pour leur survie. C’est pourquoi, j’apporte mon plein soutien à une réouverture des commerces ce 1er décembre, dans le respect des mesures sanitaires.»

LIRE AUSSI Polémique à Visé : la bourgmestre sur une photo avec le sigle des « Loups Gris »