MONDE

De nouvelles victimes découvertes à Pompéi, près de 2 000 ans après l’éruption du Vésuve

Les restes de deux victimes de l’éruption du Vésuve, en 79 après Jésus-Christ, ont récemment été découverts. Leurs corps ont pu être reconstitués dans la position exacte qu’ils avaient au moment de leur mort… il y a près de 2 000 ans!

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de Pompéi (sud de l’Italie). Cette ancienne cité romaine est tristement connue pour avoir été victime d’une éruption volcanique, il y a presque 2 000 ans. Fin août de l’an 79 après Jésus-Christ (J.C.), le Vésuve, un volcan situé non loin de là, entre en éruption. Les Italiens de l’époque sont pris par surprise.

Plusieurs cités (l’équivalent des villes de l’époque) seront totalement détruites sous les retombées des cendres du volcan. Les victimes seront nombreuses, la majeure partie d’entre elles mourront asphyxiées (elles ne savaient plus respirer l’air à cause des fumées toxiques et des cendres dégagées par le Vésuve).

De nombreuses victimes ont déjà été retrouvées par les archéologues. Mais il faut croire que Pompéi n’a pas encore révélé tous ses secrets! Récemment, deux nouvelles victimes de l’éruption ont été découvertes, dans une villa située à 700 mètres de l’ancienne cité romaine. Les deux personnes se trouvaient dans un couloir qui donnait accès à l’étage supérieur. Grâce à une technique spéciale (voir encadré ci-dessous), les chercheurs ont pu reconstituer la position dans laquelle ces personnes étaient restées figées au moment de leur mort.

Qui sont ces deux victimes?

Les chercheurs estiment que les deux personnes retrouvées étaient un maître et son jeune esclave (personne qui n’est pas libre, appartient à une autre personne pour laquelle elle travaille).

Comment peut-on affirmer cela? L’une des victimes a plusieurs vertèbres tassées, probablement dues à des travaux physiques éprouvants. L’autre victime est, quant à elle, bien vêtue. Elle portait une tunique et un manteau, ce qui laisse penser qu’elle appartenait à un rang social plus élevé que la première victime.

Pompéi, la cité témoignage

Si Pompéi est célèbre, ce n’est pas uniquement pour la catastrophe naturelle dont elle a été victime. C’est aussi et surtout pour le parfait état de conservation dans lequel l’éruption a maintenu la cité romaine et ses habitants de l’époque.

Dans les heures qui ont suivi l’éruption, les cendres ont rapidement envahi la cité. Elles ont entièrement recouvert Pompéi: les habitations, les objets et même les victimes.

Ces cendres se sont ensuite solidifiées, formant une sorte de couche protectrice autour des cadavres et objets.

Avec les années, les corps se sont décomposés et ont fait place à des espaces vides dans les cendres solidifiées. Les empruntes des corps ont toutefois eu le temps d’être «imprimées» sur les parois de ces espaces.

Un archéologue italien a donc eu l’idée d’injecter du plâtre à l’intérieur de ces espaces, un peu comme s’il s’agissait d’un moule. Une fois le plâtre sorti de la cendre, on a pu avoir une reconstitution très précise des corps des victimes. La cendre a ainsi permis de fixer à jamais leurs expressions et postures.

Ces trouvailles sont d’une grande richesse pour le monde scientifique. Toute la cité de Pompéi a été bien conservée sous les cendres. Cela nous a permis de comprendre un tas de choses sur le fonctionnement de la société romaine, à cette époque.

Le sondage de la semaine