GRAND-DUCHÉ

Le Grand-Duché durcit ses mesures: l’Horeca et les cinémas ferment, les commerces restent ouverts

Le Grand-Duché durcit ses mesures: l’Horeca et les cinémas ferment, les commerces restent ouverts

Les annonces de Paulette Lenert et Xavier Bettel étaient très attendues après que le pays eut connu cette dernière semaine une moyenne de 549 infections. Julien Garroy

Au vu des chiffres du Covid-19 au Grand-Duché de Luxembourg, l’annonce d’un confinement partiel était attendue ce lundi, lors du point presse hebdomadaire du Premier ministre, Xavier Bettel, et de la ministre de la Santé, Paulette Lenert.

Plus de trois semaines après l’instauration du couvre-feu, l’heure était venue ce lundi de «tirer des conclusions définitives», comme l’avait annoncé le Premier ministre vendredi dernier.

Certes la «situation n’est pas catastrophique», a analysé Xavier Bettel au début de la conférence de presse, mais il faut «tirer le frein à main» surtout pour éviter que les hôpitaux soient saturés et les opérations déprogrammées. Si nous avons pu éviter de nous reconfiner totalement, contrairement à nos voisins européens, c’est parce que les gestes barrières étaient bien respectés, a-t-il encore expliqué, toutefois nous sommes «sur un plateau», dans «une situation tendue», a même appuyé Paulette Lenert: «Il est important de se donner davantage de marge.»

La ministre de la Santé a évoqué 500 contaminations par jour et un taux de positivité supérieur à 5%. Les chiffres remontés des stations d’épuration montrent également que le virus est largement répandu. Cent quatre-vingt-une personnes sont en soins normaux et 45 en soins intensifs, beaucoup de personnes sont intubées, donc l’occupation en réanimation va être plus long». «Si nous avons autant de nouvelles contaminations tous les jours, ça deviendra ingérable», notamment pour remonter les chaînes de transmission du virus. «Nous avons une grande partie des nouvelles contaminations pour lesquelles on ne sait pas attribuer les foyers d’origine.»

De nouvelles mesures vont entrer en vigueur dès jeudi

Il faut moins d’interactivités entre les gens, a poursuivi Paulette Lenert, ce qui constitue «un très grand défi », «ne recevez pas de visites (NDLR: les membres du ménage plus deux)», le moins possible: «il faut se demander si nos contacts sont nécessaires». Nous avons toutefois des perspectives (des vaccins sont commandés), nous finirons par retrouver notre liberté.

Les mesures annoncées vendredi vont donc entrer en vigueur dès jeudi: fermeture du secteur de l’Horeca jusqu’au 15 décembre, lieu «d’interactions sociales importantes», mais les magasins resteront ouverts («soyez mesurés» dans vos déplacements et contacts, a martelé la ministre de la Santé). Dans un café ou un restaurant, on ne peut pas exiger que les gestes barrières, comme la séparation des deux mètres ou le port du masque, soient respectés, a expliqué Xavier Bettel. Contrairement aux cantines où les mesures barrières peuvent être respectées: les écoles resteront donc ouvertes, les cantines aussi et le sport pourra continuer d’y être pratiqué.

Cinéma, théâtre, salles de concert et foires fermées

Les foires, le cinéma, le théâtre, les salles de concert… seront fermés pendant «un certain temps» afin de recouvrer une vie normale «dans trois semaines», a précisé le Premier ministre qui souhaite anticiper une éventuelle nouvelle explosion des chiffres en janvier. Quant au domaine sportif, les salles de fitness et les piscines fermer. La règle qui prévaut est celle des deux mètres: si cet espace ne peut être respecté entre deux personnes, il faut obligatoirement porter un masque. Conscient que des secteurs vont souffrir, Xavier Bettel a garanti qu’ils bénéficieront d’aides.

Concernant l’arrivée des vaccins, le comité d’éthique et la direction de la Santé devront préciser les modalités des campagnes de vaccination, quand le moment sera venu, a ajouté Xavier Bettel en répondant à une question. Des lieux seront ouverts spécifiquement à ces fins.

Les deux ministres en ont encore appelé à «la responsabilité de tout un chacun» pour trois semaines, «dans l’intérêt de tout le monde». L’idéal serait d’arriver à 200 contaminations par jour, la situation serait plus facile à gérer.