MONDE

L’Arabie saoudite préside un G20 virtuel dominé par le coronavirus

L’Arabie saoudite préside un G20 virtuel dominé par le coronavirus

- AFP

La pandémie de Covid-19 sera le principal sujet abordé lors du sommet présidé par le roi saoudien Salmane.

Un sommet virtuel du G20 s’ouvre samedi sous la présidence de l’Arabie saoudite, au milieu d’appels internationaux à des financements de ce forum, nécessaires pour juguler la pandémie de nouveau coronavirus et ses conséquences économiques dévastatrices.

Même s’il est réuni sous format virtuel, pandémie oblige, c’est la première fois qu’un pays arabe accueille un sommet des représentants des principaux pays riches et émergents.

Ce rendez-vous de deux jours intervient également alors que le G20 est critiqué pour sa réponse face à la récession mondiale et au moment où le président américain Donald Trump conteste toujours sa défaite à l’élection présidentielle du 3 novembre.

Pas de cérémonie d’ouverture en grande pompe ni d’occasion de conclure des engagements bilatéraux, le sommet est réduit cette année à de brèves sessions en ligne, qualifiées par des observateurs de «diplomatie numérique».

La pandémie de Covid-19, qui a infecté plus de 55 millions de personnes et en a tué plus de 1,3 million à travers le monde, sera le principal sujet abordé lors du sommet présidé par le roi saoudien Salmane.

Plusieurs appels adressés au G20 pour aider notamment l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont été lancés après la multiplication d’annonces prometteuses pour la commercialisation des vaccins tant attendus.

Dans une lettre, la Première ministre norvégienne Erna Solberg, le président sud-africain Cyril Ramaphosa, le directeur de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ont appelé les pays du G20 à aider à combler un manque de 4,5 milliards de dollars dans le fonds de l’OMS pour distribuer des vaccins, notamment.

Près de 18 milliards d’euros contre le Covid

Les pays du G20 ont dépensé plus de 21 milliards de dollars (17,7 milliards d’euros) pour combattre le coronavirus. Ils ont aussi débloqué quelque 11.000 milliards de dollars pour sauver l’économie mondiale, selon les organisateurs.

Des discours de la chancelière allemande Angela Merkel, du président chinois Xi Jinping ou encore de son homologue russe Vladimir Poutine sont notamment attendus, selon des sources proches de l’organisation.

Le président Trump «participera» au sommet en ligne, a indiqué vendredi à l’AFP un haut responsable américain. Son secrétaire d’État, Mike Pompeo, sera en Arabie saoudite pour le sommet.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson interviendra également.

Le G20, qui regroupe notamment les États-Unis, la Chine, le Japon, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France, l’Inde, le Brésil, la Corée du Sud, la Russie, l’Australie, l’Indonésie, et l’Arabie saoudite, représente les deux tiers de la population de la terre, 80% du commerce mondial et plus de 85% de la richesse produite.

Le sommet du G20 doit d’ailleurs s’attaquer à la dette des pays pauvres, confrontés à un effondrement de leurs financements extérieurs.