DROITS

Billie, 12 ans: «Et si Geomove devenait un réseau social pour les jeunes qui s’engagent?»

Billie, 12 ans: «Et si Geomove devenait un réseau social pour les jeunes qui s’engagent?»

«Certains étaient surpris de voir des enfants de 10 ans se mobiliser de la sorte!» -

Ce vendredi 20 novembre 2020, à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant, l’ONG Geomoun lance Geomove, le Réseau international des jeunes qui s’engagent. Billie, 12 ans, est une de ces jeunes qui bougent.

Un nouveau site Internet est lancé aujourd’hui, jour des droits de l’enfant. Il s’agit de geomove.net, un site qui souhaite offrir aux enfants et aux jeunes un outil pour agir, partager, s’inspirer et échanger avec d’autres jeunes qui s’engagent aux quatre coins du monde sur des thématiques liées aux Objectifs de Développement Durable.

Depuis 20 ans, l’ONG belge Geomoun est active dans la protection et la promotion des droits de l’enfant, et notamment du droit à la participation.

«Nous voulions faire un geste citoyen»

Billie, 12 ans, se souvient de sa première marche. «Nous voulions faire un geste citoyen, avec ma classe de la petite école de Gentinnes (Brabant wallon). Nous voulions montrer que les enfants peuvent agir. C’était en février 2019. On avait décidé de marcher pour le climat avec des grandes pancartes que nous avions créées. C’était gai, car on se faisait interviewer par des journalistes surpris de notre jeune âge, et encourageant, car il y avait Greta Thumberg.»

Ce moment a-t-il changé quelque chose pour toi et tes copains de classe?

«Après, nous sommes allés faire une émission radio. Et on a pu y expliquer tout le projet que nous avions réalisé durant une année. Nous avons, par exemple, interviewé l’explorateur Alain Hubert et le présentateur du Jardin Extraordinaire, Tanguy Dumortier. On a fait diverses choses pour comprendre ce qui ne va pas avec l’environnement. Par la suite, j’ai fait un autre projet avec une fille de mon quartier pour expliquer aux gens les problèmes climatiques.»

Deux ans plus tard, la voix des jeunes sur le climat porte-t-elle encore selon toi?

«Nous en parlons moins car le covid est là. Mais j’entends mes amis, qui ont marché avec moi, qui continuent à faire attention au climat. On reprendra ces marches après le covid.»

Un réseau social pour les jeunes qui s’engagent

Que va permettre le site Geomove?

«Grâce à cette plateforme, on pourra savoir ce que font des jeunes dans d’autres pays. Ce sera plus simple de se mobiliser si on est tous ensemble! Cela pourrait devenir un réseau social pour les jeunes qui s’engagent.»

www.geomove.net

Le sondage de la semaine