SANTÉ

Un partenariat pour booster les biomédicaments

L’UCLouvain et la biotech Kaneka -Eurogentec s’associent. Objectif: rendre les biomédicaments plus efficaces grâce à une version améliorée de la bactérie Escherichia coli.

Faire de l’Escherichia coli une super-bactérie qui permettra de produire des biomédicaments plus efficaces voila l’objectif de ce partenariat inédit, conclu pour une période de trois ans, entre l’UCLouvain et Kaneka Eurogentec, filialie du groupe japonais Kaneka, spécialisé dans la fabrication et le développement de produits biopharmaceutiques.

Les biomédicaments, issus d’organismes vivants comme la levure ou les bactéries, sont utilisés pour soigner certains cancers, le diabète ou encore des maladies infectieuses.

Cette Escherichia coli-là est inoffensive

Jean-François Collet, chercheur et professeur à l’Institut de Duve de l’UCLouvain, possède une solide expertise en matière de bactéries, et plus particulièrement en ce qui concerne Escherichia coli.

Précision importante : la version de cette bactérie étudiée par le chercheur est totalement inoffensive, rien à voir donc avec l’autre Escherichia coli, celle qui peut provoquer des intoxications alimentaires sévères ou des infections urinaires.

Les souches utilisées dans les laboratoires de recherche ou les sociétés de biopharma sont reconnues par les autorités réglementaires

«Un tiers des biomédicaments sont fabriqués dans des cellules de bactéries, précise le microbiologiste.La bactérie la plus employée en laboratoire est l’Escherichia coli. On la connaît bien car elle est cultivée depuis plus de 100 ans. On étudie ses gènes, ses protéines, on essaie de comprendre comment elle fonctionne.».

Le couteau suisse de la bactérie

Le professeur Jean-François Collet ne tarit pas d’éloges concernant ce micro-organisme qu’il étudie depuis des années. «Non seulement Escherichia coli convient très bien à la production de biomédicaments, elle est également utilisée comme modèle pour trouver de nouveaux antibiotiques. C’est la poule aux œufs d’or, le couteau suisse de la bactérie!»

Comment passe-t-on d’une bactérie présente dans l’intestin humain à un biomédicament?

L’Escherichia coli est manipulée en laboratoire de façon à produire des protéines et autres molécules comme les plasmides (petits bouts d’ADN) utilisés pour les biomédicaments.

Multiplication exponentielle

Une fois la super Escherichia coli mise au point en labo, l’étape suivante consistera à la produire en grande quantité. C’est là qu’intervient Kaneka - Eurogentec.

La société de biotechnologie liégeoise vient de se doter d’un gigantesque fermenteur, d’une capacité de 2 200 litres, dans lequel on fera pousser la bactérie.

«Dans des conditions optimales, celle-ci va se diviser rapidement: après 20 minutes, la cellule mère donne deux filles, 20 minutes après elles sont quatre, etc., détaille Jean-François Collet. La courbe est exponentielle, le fermenteur va se remplir de centaines de milliers de bactéries en l’espace de quelques heures. Il faudra ensuite extraire les protéines et les plasmides des bactéries, puis les purifier jusquà ce qu’ils puissent être utilisables en médecine.»

A ce stade, on ne sait pas encore comment va se comporter la super-bactérie dans un environnement industriel: «Il y a encore toute une recherche à réaliser», prévient le chercheur.

 

Kaneka- Eurogentec: plusieurs vaccins contre le Covid en développement

«L’objectif de notre partenariat avec l’UCLouvain est d’investir dans le développement de nouvelles technologies et d’améliorer encore notre expérience et notre capacité pour produire des biopharmaceutiques dont la bactérie Escherichia coli», explique Florence Xhonneux, directeur R&D et Innovation chez c Kaneka-Eurogentec.

La biotech liégeoise est en plein essor: elle s’est dotée d’une nouvelle unité de production de 10 000 m2 qui fabriquera à grande échelle des médicaments de nouvelle génération, quatre-vingts personnes vont être engagées prochainement pour renforcer les équipes.

«Eurogentec est actif pour plusieurs clients, des sociétés pharmaceutiques et de grandes entreprises de biotechnologie dans le cadre de développements de plusieurs vaccins contre le Covid », affirme Florence Xhonneux. Notre biotech se positionne comme leader mondial dans le domaine de la production de vaccins ARNm. Cela fait plus de 15 ans que l’on améliore notre expertise, que l’on développe de nouvelles technologies dans ce domaine».

La crise du Covid a mis en lumière la technologie ARNm jusqu’ici peu connue du grand public. «Des vaccins de ce type ont déjà été testés pour d’autres maladies que le Covid. La crise sanitaire a accéléré tous les investissements technologiques et les tests ce qui devrait déboucher prochainement sur la mise sur le marché de médicaments à base d’ARNm approuvés».

La collaboration avec l’UCLouvain qui permettra de fabriquer en très grande quantité les plasmides, riches en ARNm, vient conforter Kaneka-Eurogentec comme centre d’excellence en biopharma du groupe japonais Kaneka.