TC NIVELLES

Cinq ans de prison avec sursis pour une double tentative de meurtre au couteau à Nivelles

 Cinq ans de prison avec sursis pour une double tentative de meurtre au couteau à Nivelles

Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné mercredi M.H., un habitant de Fleurus né en 1996, à cinq ans d’emprisonnement assortis d’un sursis probatoire total. BillionPhotos.com - stock.adobe.com

Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné mercredi M.H., un habitant de Fleurus né en 1996, à cinq ans d’emprisonnement assortis d’un sursis probatoire total. Le jeune homme était poursuivi pour une double tentative de meurtre, commise le 10 novembre 2018 devant un café du centre de Nivelles.

Alors que deux jeunes gens se battaient et se trouvaient au sol, le prévenu s’était approché et avait donné deux coups de couteau à chacune des victimes. L’une avait été touchée au thorax, l’autre avait eu le rein perforé. Le prévenu nie l’intention homicide mais le tribunal ne l’a pas suivi.

Dans un premier temps, M.H. avait affirmé qu’il avait commis ce geste pour défendre un de ses amis pris à partie par les victimes, et qu’il était ivre au point de ne plus savoir se maîtriser.

Les images enregistrées par les caméras de surveillance de la ville de Nivelles ont cependant montré que l’ami en question n’était pas impliqué dans la bagarre. Et que M.H. était loin de ne plus savoir ce qu’il faisait: après le coup de couteau, il a d’ailleurs repris l’arme qui était tombée par terre, s’en est débarrassé et est rentré chez lui où il a évacué un mystérieux sac, dans l’attente de la venue de la police.

Une tentative de meurtre niée

À l’audience, le prévenu ne soutenait plus cette thèse d’un ami agressé. Par contre, il affirmait n’avoir pas voulu tuer en portant les coups de couteau et son avocat avait demandé la disqualification des faits en coups et blessures volontaires. Le tribunal, dans le jugement rendu mercredi, estime cependant qu’il y a bien eu tentative de meurtre.

Comme le prévenu s’est repris en main depuis les faits et ne s’est plus fait connaître défavorablement, les cinq ans de prison infligés mercredi sont assortis d’un sursis probatoire total imposant notamment à M.H. de ne plus consommer d’alcool et de continuer le suivi médicopsychologique qu’il a entamé d’initiative.