VISÉ

Polémique à Visé: la bourgmestre sur une photo avec le sigle des «Loups Gris»

Polémique à Visé: la bourgmestre sur une photo avec le sigle des «Loups Gris»

La bourgmestre Viviane Dessart (MR) s’est expliquée quant à sa présence sur cette image dont elle dit n’avoir pas eu vent jusqu’alors. ÉdA Hermann

Lundi, le conseiller de l’opposition Stéphane Kariger a interpellé la bourgmestre Viviane Dessart (MR) à propos d’un cliché controversé publié sur les réseaux sociaux.

Polémique à Visé après la publication d’une photo: la bourgmestre pose avec un homme sous le sigle du mouvement néofasciste «Loup Gris». Une photo prise durant le mois d’octobre qui suscite de nombreuses questions, compte tenu de la réputation de ce mouvement qui n’est autre que la branche armée d’un parti nationaliste turc. «Est-ce que le collège s’est rendu compte que ça légitimait ce groupuscule d’extrême droite qui s’est installé dans notre commune?», a demandé le conseiller de l’opposition Stéphane Kariger (OUI Visé), lors de la séance du conseil communal de ce lundi soir.

La bourgmestre Viviane Dessart (MR) s’est alors expliquée quant à sa présence sur cette image dont elle dit n’avoir pas eu vent jusqu’alors. Dans le cadre de ses fonctions, la bourgmestre visétoise a rencontré les responsables de ce mouvement souhaitant encadrer la jeunesse cheratoise et rassemblé en ASBL. Une première date avait été fixée en mars puis avait été repoussée à cause du Covid. Et c’est finalement le 14 octobre que ladite réunion a eu lieu. Le premier échevin Francis Theunissen (PS) et Julien Woolf (MR), en charge de la Jeunesse, étaient aussi présents.

Ces trois membres du collège se sont en fait rendus sur place pour savoir à qui ils avaient affaire. «Là-bas, on a parlé travail puis on a fait une photo comme ça se passe dans toutes les réunions politiques», a justifié Viviane Dessart. «Sur le moment, je n’avais même pas vu ce sigle.»

Le collège a-t-il été piégé? Non, a répondu ce dernier mais «nous ne savions pas qu’il y avait une accointance avec les Loups Gris», a toutefois admis Julien Woolf, qui a précisé qu’il n’aurait pas pu s’en douter en lisant les statuts de l’ASBL. «C’est une photo malencontreuse qui ne reflète pas la réalité», a-t-il ajouté pour défendre sa bourgmestre.