TC NIVELLES

Le voleur du violon à 30.000 € finalement trahi par son goût pour le lait

Le voleur du violon à 30.000 € finalement trahi par son goût pour le lait

C’est l’ADN laissé sur une bouteille qui a trahi l’identité du voleur. 8th – stock.adobe.com

Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné vendredi par défaut Manuel D., un homme âgé de 41 ans et sans domicile connu en Belgique, à deux ans d’emprisonnement ferme. C’est l’ADN laissé sur une bouteille qui a trahi l’identité du voleur.

En septembre 2014, ce quadragénaire, qui aux dernières nouvelles vivrait aujourd’hui au Portugal, s’était introduit par effraction dans une habitation située à Lasne. Il y avait fait main basse sur plusieurs objets dont un violon d’une valeur de 30 000 euros. Il s’était également servi dans le frigo, mangeant du chocolat et buvant du lait à la bouteille. C’est l’ADN laissé sur cette bouteille qui avait trahi l’identité du voleur.

À l’époque des faits, le voleur, qui avait forcé une porte pour rentrer dans l’habitation, n’avait pas été repéré lorsqu’il avait commis son forfait.

L’enquête a piétiné un temps mais l’ADN relevé par le laboratoire scientifique de la police sur la bouteille de lait a fini par «matcher» avec un profil contenu dans une base de données spécialisée.

D’après le ministère public, Manuel D. a déjà de nombreux antécédents judiciaires pour le même type de faits, et peut donc être considéré comme un professionnel des cambriolages. Une peine de 30 mois avait d’ailleurs été requise à l’encontre de ce prévenu qui faisait défaut à l’audience, il y a un mois à Nivelles. Le tribunal correctionnel s’est montré un peu plus clément en lui infligeant deux ans de prison ferme.