Rénover et entretenir un escalier en bois

Renover

Dans une maison ancienne, les escaliers ne doivent pas être nécessairement remplacés. Une rénovation en profondeur leur donnera un nouveau look tout en n’altérant pas le côté désuet qui leur donne du charme. Rénover un escalier en bois nécessite cependant de la patience et de l’huile de bras.

 La première étape indispensable consiste à le décaper (les escaliers anciens sont souvent peints) avec des produits décapants pour le bois ou un décapeur thermique. Si toute la peinture ne s’enlève pas lors d’un premier traitement, l’opération devra être répétée. Une fois le bois remis à nu, les marches et contre-marches devront être soigneusement poncées jusqu’à ce que les marches soient parfaitement lisses. Les rampes sont souvent sculptées ou présentent des formes arrondies, cela ne facilite pas le travail de décapage. Pour enlever les dernières traces de peinture ou de vernis, l’utilisation d’une brosse métallique sera d’une grande utilité. Le bois mis à nu, c’est également l’occasion de boucher les petits trous et de traiter le bois contre les insectes et moisissures. Ensuite, plusieurs possibilités s’offrent à vous : repeindre l’escalier ou garder l’aspect brut qui met en valeur le dessin du bois. Pour peindre une escalier, une peinture résistante aux passages réguliers doit être choisie. Elle devra en outre ne pas s’écailler, être lessivable et antidérapante. Une peinture pour sol peut convenir, mais dans les commerces existent également des peintures pour escaliers qui répondent à ces critères. Peindre les marches en une couleur et les contre-marches en une autre permet de donner du relief et un look plus original. Pour garder l’aspect brut du bois, un escalier peut être vitrifié avec un vitrificateur totalement transparent ou légèrement teinté. Pendant les travaux, peindre une marche sur deux permet de garder une accessibilité à l’étage supérieur. Veillez également à respecter les temps de séchage avant de réutiliser l’escalier.

Tout en suspension

L’escalier suspendu avec un esthétique très particulière se distingue par son design très léger, il donne littéralement l’impression de flotter dans l’air. Il ne se pose pas sur une structure, mais il est solidement ancré dans un mur porteur. L’attrait visuel est le premier avantage d’un escalier suspendu, le second est qu’il ne nécessite pas de gros travaux à condition que le mur porteur soit suffisamment solide. Une étude préalable et l’avis d’un professionnel sont une démarche indispensable pour ne pas aller aux devants de mauvaises surprises. Les marches sont directement fixées au mur à l’aide de goujons en acier à une profondeur à déterminer en fonction du poids de la marche et surtout du poids que les marches auront à supporter. Là encore, l’avis d’un professionnel s’avère être un choix incontournable. Si l’idée d’un escalier suspendu est séduisante, mais que pour des raisons techniques, cela n’est pas possible, une autre technique permet de contourner le problème. Les marches peuvent être fixées sur un limon central (le support des marches) en bois ou en métal par exemple. L’escalier gardera malgré tout son impression de légèreté et, autre avantage d’un escalier suspendu, il laisse passer la lumière. Les escaliers suspendus sont aussi dépourvus de contre-marches. Pour améliorer la sécurité, il est conseillé d’y adjoindre un garde-corps (ou rampes) même si cela dénature quelque peu l’impression de légèreté.

Escalier hélicoïdal pour petits espaces

Quand l’espace nécessaire est trop étroit pour installer un escalier droit ou tournant, l’escalier hélicoïdal est une solution tout indiquée. Il faut toutefois tenir compte que l’installation d’un escalier en colimaçon nécessite une largeur minimale d’1m50 pour que son utilisation soit confortable. Autre avantage de l’escalier hélicoïdal est sa faible emprise au sol. Il ne nécessite pas non plus un mur porteur puisque les marches sont articulées autour d’un limon central. Deux formes d’escalier hélicoïdal sont envisageables, une forme ronde ou carrée. La forme carrée s’installe dans un angle de la pièce, la forme ronde s’installe n’importe où, même au centre d’une pièce. Une formule souvent usitée dans les lofts ou dans les intérieurs contemporains, l’escalier devenant ainsi, outre son aspect fonctionnel, un élément de décoration à part entière. Quant aux matières, tout est possible : le bois, le métal, la pierre et pour les marches, pourquoi ne pas utiliser du verre ?

Habitat : articles proposés par la régie