BELGODYSSÉE 2020

PHOTOS & VIDÉO| Coronavirus et télétravail: «On aura toujours besoin de socialisation, le coworking peut être un bon compromis»

Les espaces de coworking voient un nouveau type de clientèle apparaître depuis le déconfinement. Ces lieux pourraient apporter une solution aux inconvénients du télétravail.

Derrière les larges baies vitrées du coworking Nous à Braine-l’Alleud, c’est un intérieur design qui se dévoile. Dans ce bâtiment flambant neuf inauguré en mars, une vingtaine de personnes louent des bureaux. Lumineux et convivial, l’endroit est calme. Autour de la machine à café, dans un des espaces dédiés à la détente, deux hommes parlent boulot. Romain, indépendant, est un néo-coworkeur. Il est arrivé chez Nous, il y a une semaine. «Ce qui m’a poussé à m’installer dans ce coworking, c’est de pouvoir mettre une frontière entre mon chez-moi et mon lieu de travail».

Romain n’est pas une exception. Après un été où la fréquentation était proche de zéro, les demandes ne cessent d’augmenter depuis septembre. «Quand ils ont annoncé la fermeture des restos et le télétravail obligatoire, j’ai eu pas mal de gens qui m’ont appelé pour voir s’il y avait des disponibilités», affirme Victoria Boulemberg, gérante du coworking brabançon wallon. Le travail à domicile a aussi ses inconvénients: diminution des contacts sociaux, difficultés à trouver un endroit adapté, organisation compliquée. Parfois même tout simplement des problèmes plus techniques comme une mauvaise connexion internet.

«Travailler dans un open space m’aide à me concentrer»

Le coworking, c’est une tendance qui grandit depuis 2010 en Belgique. Le principe, c’est de louer un espace, un bureau ou une salle pour quelques jours ou de manière plus permanente. Le concept pourrait aujourd’hui prendre un autre tournant suite à la crise du coronavirus et l’instauration du télétravail. «Beaucoup d’entreprises liquident leurs bureaux et imposent le télétravail au maximum. Je ne pense pas que ce soit bon d’un point de vue social. Il faut toujours un peu de socialisation, et le coworking peut être un bon compromis», assure la gérante. Pour certains, travailler dans un lieu ouvert à tous est aussi plus propice à la concentration. «Je suis du style à avoir besoin de monde autour de moi quand je travaille. J’ai du mal à rester seul dans un bureau, travailler dans un open space m’aide à me concentrer», glisse Romain.

Les entreprises s’y mettent aussi

Les entreprises aussi y trouvent leur compte. C’est le cas notamment de l’agence créative Air, qui a décidé de quitter ses locaux pour s’installer chez Fosbury & Sons – espace de coworking bruxellois. Dans ce bâtiment des années 60 niché au milieu des arbres, l’entreprise loue le dixième étage depuis septembre. Si elle avait déjà évoqué la possibilité de déménager, c’est le confinement et l’instauration du télétravail qui ont accéléré le processus: louer ses précédents bureau était devenu trop coûteux. «Cela faisait 25 ans qu’on était dans un bâtiment qui faisait 1500 mètres carrés. Après ce confinement il est clairement apparu que d’être dans une surface aussi grande, c’était dément», explique Éric Hollander, patron d’Air.

Au-delà d’offrir un avantage financier, «le coworking répond aussi au besoin de flexibilité de notre agence», poursuit-il, le lieu pouvant s’adapter au nombre de personnes présentes.

Alors que les espaces de coworking commençaient à attirer une nouvelle clientèle de télétravailleurs depuis septembre, ils sont aujourd’hui dans l’incertitude, à la suite du nouveau confinement renforcé. Ils devront sans doute attendre jusqu’au 13 décembre avant de remplir à nouveau leurs bureaux.

L’importance du cadre

La décoration n’est pas anodine dans un espace de travail. En effet, elle joue un vrai rôle sur la productivité des travailleurs. Si le travailleur se sent bien dans son environnement, cela augmentera son activité. Selon Hendrik Delagrange, sociologue du travail, «l’atmosphère est très importante. Elle définit le type de travail qui sera fourni en ce lieu. Par exemple, les tons sombres invitent à la concentration, à l’inverse des open spaces plus colorés, dans un style lounge, qui favorisent les discussions et la créativité». Le cadre est aussi important pour les entreprises. Elles utilisent l’ambiance et l’aspect esthétique de certains espaces de coworking pour valoriser leur image sur le marché.

Qui est l’auteur de ce reportage?

PHOTOS & VIDÉO| Coronavirus et télétravail: «On aura toujours besoin de socialisation, le coworking peut être un bon compromis»
Emmanuel Crooÿ
Philippine Wambersie

23 ans – Nivelles

Passionnée de journalisme depuis toute petite, je suis à présent en dernière année de master à l’École de Journalisme de Louvain-la-Neuve. Dans un futur proche, j’aimerais me diriger vers l’audiovisuel. J’aime voyager et découvrir de nouvelles cultures. Alors, pourquoi pas, à terme, combiner mes deux passions?