Pas de chance pour Nicola Bucci

Une expérience mitigée pour Nicola Bucci aux Açores. ÉdA – 501020772846

Le Nalinnois n’a pu prendre part à la première étape du Golden Trail Championship et a été contraint à l’abandon.

Le Golden Trail Championship est l’un des plus grands rendez-vous mondiaux du trail et fait saliver tous les amateurs de la discipline. Cette course en quatre étapes dans les Açores (Portugal) rassemble traditionnellement les meilleurs spécialistes de la discipline. Pouvoir en prendre le départ était déjà une belle récompense pour Nicolas Bucci, le champion de Belgique. Il a pu y participer grâce à sa 3e place finale obtenue sur le Circuit Salomon l’an dernier.

Il s’agissait d’un retour à la compétition pour le Nalinnois dont la dernière épreuve en date était le festival de Montreux en juillet (3e là aussi). Une absence due à la crise sanitaire mais aussi à une chute lors de cette course qui lui avait valu une grosse douleur au pied. Il n’avait repris les entraînements qu’il n’y a que quelques semaines, en prévision de ce GTWS.

Vu sa préparation tronquée, il ne se lançait pas d’objectif fou, souhaitant surtout emmagasiner de l’expérience en se frottant au top mondial.

Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu. En raison de tests Covid tardifs (Florent Caelen, avec qui il partageait la même chambre était suspecté d’être positif), Nicola n’a pu prendre part à la première étape jeudi, compromettant ainsi d’emblée un potentiel classement final.

Il a toutefois pu prendre le départ de la deuxième (24,5 km, 1.150 m D + ), mais malheureusement pas avec les élites en raison de sa non-participation la veille, ce qui constituait une nouvelle grosse déception. Il a fait sa course en solitaire, dans une sorte de contre-la-montre, en 2h08’02”, à 12 minutes du vainqueur, le Polonais Bartlomiej Przedwojewski (qui remportera d’ailleurs le classement final). Cela lui a valu une 22e place.

Samedi, Nicola a eu du mal à trouver son rythme (38e en 3h04) et, dimanche, il a été contraint à l’abandon à la mi-course. N’ayant pu prendre part à la première étape, il ne figure donc pas dans le classement final. «Je reviens exactement avec ce que je suis venu chercher, à savoir une expérience de fou et des souvenirs plein la tête, raconte-t-il. Ce fut vraiment unique. Le dernier jour, j’ai préféré m’arrêter avant la descente pour ne pas aggraver mon infection à l’orteil car je souffrais vraiment en descente et en même temps j’ai pu m’économiser musculairement. Ainsi, pour la première fois, je rentre en Belgique sans courbatures après une course!»