SANTÉ

Grippe: la vaccination uniquement ouverte pour les groupes à risque en 2020

Grippe: la vaccination uniquement ouverte pour les groupes à risque en 2020

Les ministres ont décidé qu’on ne délivrerait dans un premier temps le vaccin que pour les groupes cibles les plus «à risque». Mike Fouque – stock.adobe.com (Illustration)

Les ministres de la Santé du fédéral et des entités fédérées ont établi ce jeudi lors d’une nouvelle Conférence interministérielle (CIM) Santé publique la stratégie qui vaudra cette année pour la vaccination contre la grippe saisonnière.

Avec 2,9 millions de doses (commandes auprès de trois sociétés différentes), le pays dispose de davantage de vaccins que les années précédentes, ce qui devrait être suffisant pour couvrir les groupes à risque, avait encore récemment assuré à la Chambre le ministre fédéral Frank Vandenbroucke. Mais c’est bien uniquement à certains groupes cibles que sera destinée la vaccination cette année.

Les ministres ont décidé qu’on ne délivrerait dans un premier temps le vaccin que pour les groupes cibles les plus «à risque». Il s’agit des femmes enceintes, des personnes à partir de 65 ans, des personnes présentant des affections pulmonaires, cardiaques, hépatiques, rénales, métaboliques ou neuromusculaires, des personnes très faibles ou à l’immunité fragile, ou encore des personnes séjournant en institution ou du personnel des soins de santé, entre autres. La demande, parmi ces groupes cibles, est plus élevée que les années précédentes, indique la CIM. Il faudra donc plus de la moitié des doses pour couvrir cette demande, évaluent les ministres.

Durant un mois au moins, ces personnes prioritaires, de «catégorie A» selon la description du Conseil Supérieur de la Santé, seront les seules à pouvoir accéder au vaccin. Ce n’est qu’après ce mois que les ministres évalueront l’état de la vaccination et décideront si on peut l’ouvrir à un second groupe cible, celui des personnes âgées de 50 à 65 ans ne remplissant aucune des conditions du groupe A.

Le reste de la population, jeune et ne présentant pas de risque particulier, ne sera pas vacciné.

L’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS) informera les professionnels concernés des implications pratiques.