CORONAVIRUS

Vous respectez bien le couvre-feu à 22h à Bruxelles: moins de 100 PV la première nuit

Vous respectez bien le couvre-feu à 22h à Bruxelles: moins de 100 PV la première nuit

Le couvre-feu à 22h semble bien respecté à Bruxelles. BELGA

Le couvre-feu semble bien respecté à Bruxelles. En tout cas, les 100 PV n’ont pas été dépassés dans la nuit de lundi à mardi, première nuit d’application de la permission de 22h00.

Entre 50 et 100 verbalisations pour non-respect du couvre-feu ont été dressés en région bruxelloise dans la nuit de lundi à mardi, première nuit avec l’application dès 22h00 et non plus à partir minuit, ont indiqué mardi les 6 zones de police bruxelloises. Leurs porte-paroles estiment tous que la nuit a été calme, exception faite de l’incident au commissariat de la rue du Marché au Charbon dans le centre de Bruxelles.

La police de Bruxelles-Ixelles comptabilise environ 25 verbalisations pour non-respect du couvre-feu durant la nuit de lundi à mardi. Un homme armé a par ailleurs été arrêté devant le commissariat central.

La police de Bruxelles-Ouest (Molenbeek-Saint-Jean, Jette, Ganshoren, Berchem-Sainte-Agathe et Koekelberg) a dressé 18 procès-verbaux (PV) dans une approche d’application progressive du couvre-feu.

La police de la zone Bruxelles-Nord (Schaerbeek, Evere et Saint-Josse-ten-Noode) a fait de la prévention entre 22h00 et minuit, puis a distribué 7 PV.

La police de Bruxelles-Midi (Anderlecht, Forest et Saint-Gilles) a distribué 13 PV pendant le couvre-feu, dont 4 sanctions administratives communales (SAC) où la commune est chargée des poursuites.

La zone de Montgomery (Etterbeek, Woluwe-Saint-Pierre et Woluwe-Saint-Lambert) a distribué 5 PV.

Quelques verbalisations ont également été réalisées dans la zone Marlow (Uccle, Auderghem et Watermael-Boitsfort). Leur nombre n’a pas été précisé. La police remarque que la nuit était calme. Aucune fête n’a été signalée chez des particuliers et il n’y a pas eu de rassemblement constaté sur la voie publique. «Lors des contrôles, les personnes avaient un justificatif, généralement professionnel», relève encore Laurent Masset, porte-parole de la zone.