article abonné offert

BRUXELLES

Sidération chez les artistes bruxellois après le rideau sur la culture: «Ce qu’on reçoit, c’est la charité honteuse, au tarif goûter d’anniversaire»

Des artistes qui retournent chez leurs parents, fauchés par la crise sanitaire, ça existe. Pour eux, «C’est la merde». L’éteignoir sur la culture bruxelloise a soufflé leurs derniers espoirs et cramé leurs rentrées à venir. Dans les compagnies, les studios BD ou les agences de booking, face aux expos et concerts annulés, l’écœurement prédomine envers l’inconsistance des décisions. Leur question: «Pourquoi peut-on aller dans les centres commerciaux et pas dans les salles?»

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 35 des 2463 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?