CORONAVIRUS

VIDÉO | Yves Van Laethem incite à reprendre l’élan de solidarité: «Pas le temps de la chamaillerie»

Ce mercredi, le Centre de crise a organisé sa traditionnelle conférence de presse pour faire le point sur l’épidémie de coronavirus en Belgique. Yves Van Laethem en a profité pour appeler à la solidarité et à la responsabilité des citoyens.

 

 

En proie à une recrudescence importante du Covid-19, notre pays ne cesse de battre de tristes records. Alors que la Belgique a franchi le cap des 11.000 décès ce mercredi, on recense également plus de 100 morts en une journée pour la première fois depuis fin avril.

Face à ce constat, Yves Van Laethem a insisté sur le respect des mesures pour enrayer la propagation du virus lors de la conférence de presse du Centred e crise et de Sciensano.

 

 

«Dans toutes les régions, ce n’est pas ce qu’on fait maintenant qui aura un impact demain mais plus tard. Il ne faut pas se décourager à respecter les mesures. C’est la seule manière de stabiliser le pic des hospitalisations. C’est en début novembre que le problème risque d’être le plus important. C’est pour ça qu’il faut continuer à être vigilant», explique le porte-parole interfédéral.

En Belgique, tous les indicateurs sont au rouge. Ce mardi, on a recensé 689 hospitalisations, ce qui est plus que le pic du 28 mars lors de la première vague. «Il ne faut pas se voiler la face. Les chiffres vont continuer d’augmenter. Tout le monde est touché: indépendants, entrepreneurs, artistes, malades d’une autre pathologie, étudiants, grands-parents, etc.», poursuit l’infectiologue.

 

Le virus se sent désormais comme un poisson dans l’eau.

 

De son côté, Steven Van Gucht a rappelé que le virus était à son apogée durant l’automne et l’hiver et se sentait désormais comme un «poisson dans l’eau».

Selon Yves Van Laethem, c’est le moment idéal pour retrouver l’élan de solidarité envers le personnel médical. «Il ne faut pas forcément applaudir à 20 h mais juste respecter les mesures pour pas que nos hôpitaux soient débordés. Ce n’est pas le temps de la chamaillerie mais de la solidarité. En attendant l’arrivée d’un vaccin, c’est la solidarité et le respect des mesures qui nous permettront de revenir à une situation moins grave.»

 

Le secteur des soins fustige «l’égoïsme» de certains

 

Le Centre de crise a également lu une lettre ouverte du secteur des soins, qui incite les citoyens, même les plus réticents à respecter les mesures. «Certains mettent en doute la gravité de la situation et ne respectent pas les mesures. Ils privilégient leur individualisme. L’égoïsme est l’allié du virus. La solidarité et la responsabilité sont la seule réponse correcte à cette situation.»

 

Le nombre d’hospitalisations double tous les huit jours

Le nombre d’admissions à l’hôpital en raison d’une infection au Covid-19 double tous les huit jours, a indiqué mercredi Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral Covid-19, lors du point presse du Centre de crise. L’augmentation la plus rapide est observée en Flandre, avec un doublement tous les six jours, contre neuf jours en Wallonie et à Bruxelles. Le cap des 2.000 patients en soins intensifs risque également d’être franchi début novembre, a-t-il prévenu.

La Belgique a comptabilisé 689 hospitalisations ce mardi, soit davantage que lors du pic de la première vague qui avait culminé à 629 admissions le 28 mars. «Nous ne nous faisons pas d’illusions, ces chiffres vont continuer à augmenter au moins pendant quelques jours», a ajouté Yves Van Laethem.

 

Si le rythme se poursuit, on devrait atteindre les 1.000 patients aux soins intensifs dans les 2 jours et dépasser les 2.000 début novembre.

 

La moyenne dépasse désormais les 540 admissions chaque jour depuis une semaine. Au total, 5.554 patients sont hospitalisés à cause du coronavirus, soit environ 250 en moins que lors du pic de la première vague atteint le 6 avril. Parmi eux, 911 sont aux soins intensifs.

«Si le rythme se poursuit, nous devrions atteindre les 1.000 patients aux soins intensifs dans les deux jours et dépasser les 2.000 patients début novembre, autour du 6», a expliqué Yves Van Laethem. «Ce scénario n’est pas tout à fait certain mais ne peut plus être exclu.»

Le porte-parole interfédéral Covid-19 a souligné que les mesures de lutte contre la propagation n’ont un impact qu’après une dizaine de jours sur les principaux indicateurs, en particulier le nombre de personnes hospitalisées.

Le mardi 20 octobre reste le jour qui a enregistré le plus de nouveaux cas avec 18.639 infections, avant de se maintenir au-delà des 16.000 cas. Yves Van Laethem a néanmoins rappelé les conséquences du changement de stratégie de testing sur ces chiffres, avec l’arrêt des tests sur les asymptomatiques.