EUROPE

Coronavirus: Charles Michel annonce «trois ou quatre vaccins» disponibles d’ici fin 2020 et début 2021

Coronavirus: Charles Michel annonce «trois ou quatre vaccins» disponibles d’ici fin 2020 et début 2021

Le président du Conseil européen est confiant dans l’arrivée rapide de plusieurs vaccins contre le Covid-19. AFP

Invité de la matinale de RTL en France ce mercredi, Charles Michel a annoncé l’arrivée prochaine de 3 à 4 vaccins entre la fin de l’année et le début de l’année prochaine pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Le président du Conseil européen estime que plusieurs vaccins devraient être disponibles au sein de l’Union européenne dans les mois prochains. «Selon nos informations, on espère qu’à partir de la fin de l’année et au début de l’année prochaine, 3 ou 4 vaccins puissent être progressivement disponibles», a confié Charles Michel à nos confrères de RTL France.

Alors qu’il faut en général plusieurs années pour développer un vaccin, l’ancien Premier ministre belge se réjouit de la perspective de pouvoir «développer un vaccin en une année».

«La commission européenne a signé de nombreux contrats pour s’assurer que, lorsque les vaccins seront disponibles, on puisse bénéficier des doses dont nous avons besoin», poursuit-il.

Conscient qu’il ne possède pas de «baguette magique» permettant de vacciner tout le monde en un claquement de doigts, Charles Michel souligne les problèmes logistiques auxquels il faudra faire face. «Il y aura plusieurs vaccins. Certains pourront être administrés par une seule dose, d’autres nécessiteront deux doses. Il y a des questions de logistique, de conservation, de transport et de déploiement des campagnes de vaccination qui vont devoir être résolues», ajoute l’homme politique belge.

Le président du Conseil européen assure avoir déjà commencé un travail politique en amont pour éviter le «chaos» au moment où les vaccins seront disponibles. «Le réflexe national est un mauvais calcul sur le plan européen car nous sommes trop interconnectés par nos échanges et par la libre-circulation des personnes et des marchandises», conclut-il.