article abonné offert

WAREMME

CPAS: «nos services doivent rester accessibles à minima»

CPAS: «nos services doivent rester accessibles à minima»

Pour le CPAS de Waremme, la principale différence avec la première vague, c’est qu’aujourd’hui, il y a des personnel malades, atteintes du Covid-19, et des personnes mises en quarantaine, au sein du personnel. heymans

Durant la première vague, tous les services du CPAS ont poursuivi leurs missions à minima.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 27 des 216 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?