article abonné offert

NAMUR

Les fleuristes namurois tentent de survivre grâce à la fête des morts

Avec la crise Covid, les fleuristes sont toujours à fleur de peau. La Toussaint approchant, ils espèrent se renflouer un peu mais l’incertitude plane.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 30 des 673 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?